/news/politics
Navigation

Le chef de police confirme les appels

La mairesse de Pointe-Calumet voulait faire annuler un ticket

Sonia Fontaine - Facebook
Photo tirée de Facebook La mairesse de Pointe-Calumet, Sonia Fontaine, comparaît jusqu’à vendredi devant la Commission municipale du Québec.

Coup d'oeil sur cet article

La mairesse de Pointe-Calumet a contacté son chef de police à plusieurs reprises au sujet d’un constat d’infraction remis à l’une de ses connaissances, a-t-on appris au premier jour de sa comparution devant la Commission municipale du Québec.

• À lire aussi: Deux mairesses citées en déontologie

La mairesse Sonia Fontaine est citée en déontologie municipale parce qu’on lui reproche d’avoir commis deux manquements à l’éthique, soit d’être intervenue dans le traitement d’un constat d’infraction alors que le dossier était judiciarisé et d’avoir omis de déclarer son intérêt lors d’une résolution adoptée par la municipalité visant à faire annuler ledit constat.

C’est notre Bureau d’enquête qui avait dévoilé, en janvier dernier, que les mairesses Sonia Paulus, de Sainte-Marthe-sur-le-Lac, et Sonia Fontaine, de Pointe-Calumet, avaient parlé au chef de police et tenté de parler à un procureur pour faire annuler une contravention de stationnement remis au conjoint d’une connaissance de Mme Fontaine.

Plusieurs interventions

Lundi, au premier jour des audiences, le directeur de la Régie de Police du Lac des Deux-Montagnes, Patrick Denis, a confirmé que la mairesse Fontaine avait discuté avec lui du constat d’infraction, émis le 1er juillet 2020, à plusieurs reprises à l’été et à l’automne 2020. 

Ce dernier affirme avoir essentiellement expliqué à la mairesse « comment faire pour contester » légalement une contravention, sans s’impliquer davantage. Il a rappelé qu’il n’avait pas le pouvoir d’annuler une contravention et que seule une cour de justice pouvait le faire.  

M. Denis a aussi indiqué que c’était la première fois de sa carrière qu’un élu le contactait au sujet d’un constat d’infraction. 

Elle offre l’annulation

Plusieurs échanges privés sur Messenger entre la mairesse Fontaine et sa connaissance Linda Labelle, celle dont le conjoint a écopé de la contravention, ont aussi été rendus publics lundi. 

Mme Labelle a expliqué avoir parlé à la mairesse parce qu’elle trouvait « injuste » cette contravention, comme le véhicule de son conjoint possédait bel et bien, selon elle, la vignette nécessaire pour pouvoir se stationner près de la descente à bateaux de Pointe-Calumet. 

« Mme Fontaine m’a dit qu’elle pourrait faire annuler la contravention », a-t-elle affirmé lors de son témoignage. 

 Les audiences de la Commission municipale du Québec (CMQ) se poursuivent toute la semaine. Les deux mairesses devraient normalement témoigner à tour de rôle, jeudi.