/opinion/columnists
Navigation

Un avant-goût du retour à la normale aux Îles-de-la-Madeleine

Iles madeleine voyage
Photo d'archives En prévision de la saison touristique qui arrive à grands pas, le message doit demeurer axé sur la prudence.

Coup d'oeil sur cet article

En région éloignée, les habitants des Îles-de-la-Madeleine bénéficient d’un taux de vaccination parmi les plus avancés au Québec, d’où cet avant-goût de retour à la vie normale qui se manifeste dans ce petit coin de paradis.

Au sein de cette communauté dont l’économie repose largement sur le tourisme, et où le système de santé s’avère fragile en raison de l’éloignement, la vaccination a été perçue comme un devoir par plusieurs des quelque 12 000 Madelinots. 

Le taux d’adhésion s’est en effet avéré très fort, si bien qu’environ 80 % de la population admissible a reçu une première dose, et que déjà près de 30 % se sont vu administrer la deuxième. D’autres doses sont attendues pour le début de juin.

« Ça s’est passé rondement. Rapidement les gens se sont présentés dans les différents points de service et ont eu accès à la vaccination », se réjouit le maire Jonathan Lapierre. 

L’élu sent bien le désir des gens d’assister enfin à un retour à la vie normale. « Nous sommes des insulaires, et évidemment tout est fragile ici : l’économie, l’environnement, le système de santé, souligne-t-il. Donc il y a cette habitude à faire attention à notre environnement et les uns [aux] autres. »

Bonne humeur 

À l’heure où le Québec passe en mode déconfinement, les Îles-de-la-Madeleine se trouvent en zone jaune depuis plusieurs semaines. Les insulaires peuvent fréquenter les quelques restaurants ouverts à cette période de l’année, et qui sont animés, aux heures de repas, de ces gens à la bonne humeur légendaire. La pandémie n’a heureusement pas effrité cet accueil chaleureux dont eux seuls sont capables.

La saison du homard, qui s’annonce des plus fructueuses, bat son plein sur l’archipel. Certes, l’hiver a été dur et la détresse psychologique plus présente.

« On a beau être dans un environnement extraordinaire, la pandémie a été dure quand même », mentionne la dame derrière le comptoir de la Fromagerie du Pied-De-Vent.

Bien que la région se soit retrouvée en zone rouge pour de courtes périodes, il n’y a pas eu, aux Îles, de véritable éclosion importante, observe Yv Bonnier-Viger, directeur de la santé publique de la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine.

La réaction a été forte lorsque des cas sont survenus. « C’est tant mieux, dit-il, car ça renforce l’idée qu’il faut garder les mesures de base en place. »

Prudence de mise

En prévision de la saison touristique qui arrive à grands pas, le message doit demeurer axé sur la prudence. « La vaccination n’est pas un gage d’immunité collective à ce stade-ci, dit M. Bonnier-Viger. Ça demeure fragile, en ce sens qu’un foyer d’infection pourrait nous faire perdre le contrôle. »

C’est aussi l’avis de bien des Madelinots. « Il va falloir avoir cet été la même vigilance que l’an dernier, mais on reste confiants », lance Jeanne-D’Arc Chevrier, à la boutique J’Ensoleil, sur le chemin de la Grave.

Cette dernière confie se sentir en sécurité « avec les Madelinots, tant qu’on est dans notre bulle », mais espère que les visiteurs respecteront les règles tout comme ils l’ont fait l’an dernier. Et qu’ils seront vaccinés eux aussi.

À l’Atelier côtier, Marie-Hélène a également bien hâte d’accueillir les visiteurs. « Malgré la vaccination, il y aura encore des limites sur le nombre de personnes, mais les gens sont plus patients quand ils sont en vacances, et ils prennent plus leur temps. » Un temps qu’on souhaiterait voir s’arrêter, en ces lieux majestueux.