/news/currentevents
Navigation

Un week-end déconfiné et préoccupant à Montréal

Une douzaine d’événements violents sont survenus, dont un meurtre par balles

fusillade Ville-Marie
Photo Jonathan Tremblay Une partie de l’arrondissement Ville-Marie a été fermée à la circulation à la suite d’une fusillade, lundi matin.

Coup d'oeil sur cet article

La fusillade survenue lundi matin dans le Vieux-Montréal est venue clore un premier week-end de déconfinement plutôt préoccupant pour les policiers, alors qu’une douzaine de crimes violents ont retenu leur attention, dont un meurtre et une jeune femme touchée par une balle perdue.

• À lire aussi: Commerçants et résidents du Vieux-Montréal inquiets

« C’est une première fin de semaine qui est préoccupante par les événements et aussi l’affluence des gens dans les parcs et lieux publics », a indiqué lundi David Shane, inspecteur au Service de police de la Ville de Montréal (SPVM).

Cependant, celui-ci ne croit pas qu’il s’agisse de « citoyens festifs qui sont sortis et se sont mis à tirer partout ».

« On n’est pas là du tout. On parle d’individus criminalisés », a-t-il insisté.

Lundi matin, une vaste opération policière a notamment causé la fermeture à la circulation d’une grande partie de l’arrondissement Ville-Marie, après que plusieurs coups de feu ont été tirés vers 3 h 15, au coin des rues Gosford et Saint-Antoine.

Des membres du Groupe tactique d’intervention ont même été déployés à l’angle des rues Saint-Antoine et Gosford.
Photo Agence QMI, Maxime Deland
Des membres du Groupe tactique d’intervention ont même été déployés à l’angle des rues Saint-Antoine et Gosford.

Une trentaine de véhicules du SPVM ainsi que le Groupe tactique d’intervention ont été dépêchés sur les lieux.

L’enquête a mené à une perquisition dans un appartement à proximité où se trouvait une vingtaine d’individus. Ils ont été interrogés, puis pour la plupart relâchés.

Au moins une arme à feu ainsi que des douilles ont été trouvées près de la scène. 

En tout, six personnes, dont un homme de 29 ans atteint par balle, ont été arrêtées.

Ils devraient comparaître aujourd’hui au palais de justice de Montréal.

« Cet événement fait partie d’une douzaine d’événements qui touchent la violence et le conflit, entre vendredi et [lundi] matin. Il y a au moins cinq [dossiers] dans lesquels nous avons déjà procédé à des arrestations », a précisé M. Shane.

Un jeune tué

Parmi ces arrestations, il y a notamment eu celle de Karl Régis François, 19 ans, coffré dimanche, puis accusé lundi de l’homicide involontaire d’Evensky Maxy, 22 ans, et de vols qualifiés. Ce dernier a été tué par balle peu après 16 h, samedi, dans l’arrondissement Montréal-Nord.

Un VUS stationné dans l’arrondissement de Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles a été criblé de balles, samedi.
Photo Agence QMI, DOMENIC FAZIOLI
Un VUS stationné dans l’arrondissement de Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles a été criblé de balles, samedi.

Plus tôt ce jour-là, un VUS stationné dans l’arrondissement de Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles a aussi été criblé d’une dizaine de projectiles.

Selon l’inspecteur Shane, les événements liés au crime organisé se déplaceront dans différents secteurs de la métropole avec l’arrivée du déconfinement.

« La présence policière sera ajustée au besoin. On va voir comment les citoyens s’adaptent. [Ça illustre] l’importance cruciale que les citoyens nous parlent, qu’ils dénoncent s’ils sont témoins », a-t-il dit.

Des résidents inquiets

M. Shane a tenu à rassurer les résidents et commerçants du Vieux-Montréal, où cinq événements, dont trois impliquant des armes à feu, sont survenus ce week-end. Une jeune passante y a d’ailleurs été blessée par une balle perdue.

Rappelons aussi qu’en septembre dernier, un criminel a ouvert le feu sur trois policiers, en plein cœur du Vieux-Port.

« Ça commence à être un peu inquiétant, a souligné lundi Christine Caron, présidente de l’association des résidents du secteur. La fin de semaine a été mouvementée et bruyante. On peut peut-être l’expliquer par le besoin de fêter. Mais ça n’explique pas la violence qui s’ensuit. On ne veut pas que ça devienne comme sur Crescent ou Saint-Laurent. »

À VOIR AUSSI