/misc
Navigation

Une visite à l’épicerie sera très différente après la pandémie

Bloc épicerie
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

Le Laboratoire en science analytique agroalimentaire de l’Université Dalhousie, en partenariat avec CADDLE, publiait récemment un nouveau rapport sur l’avenir du secteur de l’industrie alimentaire.

En mai 2021, on a interrogé 10 024 Canadiens sur leurs achats en épicerie. L’objectif de ce projet était de mieux comprendre les répercussions que la pandémie pourrait avoir sur l’expérience en épicerie au fil du temps. De nombreuses questions ont été posées aux Canadiens sur la façon dont ils choisissent les magasins et sur ce qu’ils pensent de leurs visites en général. Plusieurs sujets ont été abordés, notamment les programmes d’adhésion, la conception des magasins, les aliments locaux, les caisses libre-service, les plantes, le jardinage, l’emplacement et les achats en ligne. Sur la base des données recueillies, voici les résultats les plus pertinents de l’étude: 

  1. Le dilemme entreprise virtuelle/traditionnelle: À l'avenir, les achats en ligne continueront de générer davantage de ventes pour le secteur. Près du quart des Canadiens (22,2%) ont l’intention d’acheter en ligne régulièrement et le pourcentage reste aussi obstinément élevé pour le ramassage. 
  2. Déloyauté du magasin: Pendant la COVID-19, un Canadien sur quatre (25%) a changé de magasin d’alimentation pour faire ses achats. Il s’agit d’un résultat important, probablement attribuable à la façon dont les consommateurs percevaient les risques lorsqu’ils se rendaient dans un commerce. L’espace physique et les cas de COVID-19 rapportés peuvent avoir joué un rôle dans la motivation des consommateurs à chercher un autre détaillant. 
  3. Les trois magasins traditionnels sont moins influents: L’influence des trois principaux détaillants en alimentation, Loblaw, Sobeys et Metro, semble s’éroder. Plusieurs nouveaux acteurs en ligne comme Amazon ainsi que d'autres non traditionnels continueront probablement d’affecter le secteur au cours des prochaines années. Pressés de se tourner vers le commerce électronique, les consommateurs se rendent compte qu’ils ont accès à un plus grand choix à mesure que la chaîne d’approvisionnement devient plus démocratisée et ouverte. Tandis que 24,4% des Canadiens sont susceptibles de se rendre dans une pharmacie pour se procurer de la nourriture, 16,5% se rendront dans un magasin à un dollar et 9,8% utiliseront Amazon comme fournisseur de nourriture.  
  4. Les programmes de fidélité sont plus importants: Les programmes de fidélité vont devenir encore plus déterminants dans les années à venir, tant pour les détaillants que pour les consommateurs. Ces programmes seront essentiels pour fidéliser les consommateurs et, surtout, pour les analyser. Au total, 73,1% des Canadiens sont susceptibles d’être influencés par les programmes de fidélité lors de l’achat de produits alimentaires. 
  5. Les détaillants indépendants ont la cote: Alors que nous sortons lentement de la pandémie, la fidélité envers les épiciers indépendants reste surprenante. Les Canadiens semblent sympathiser avec eux, puisque 60,9% des consommateurs souhaitent dépenser jusqu’à 19% de leur budget alimentaire dans des magasins indépendants.  
  6. Conforme à la volonté de soutenir les épiciers indépendants, le «paradoxe local» apparaît clairement dans ces données. Les gens veulent voir des produits locaux sur les étals, mais le soutien diminue considérablement lorsqu’on leur demande s’ils ont l’intention de les acheter. Alors que 75,2% des Canadiens souhaitent que les épiciers offrent plus de produits locaux, seulement 47,4% ont l’intention d’acheter plus de produits alimentaires locaux au cours des six prochains mois. On ne peut que supposer que les visites et les ventes réelles révéleront une histoire différente au cours de la prochaine année. 
  7. Le rabais est roi: Nous avons déjà vu de nombreuses conversions d’épiceries en magasins de rabais à travers le pays. Les Canadiens continueront à rechercher les bonnes affaires, mais nous nous attendons à ce que cette tendance s’intensifie au cours de la prochaine année. Les magasins de rabais se porteront bien dans un environnement inflationniste. Au total, 70,2% des Canadiens rechercheront activement des promotions et des produits alimentaires à prix réduit. 
  8. Les caisses libre-service font un retour en force: Ces derniers temps, de plus en plus d’épiceries ont ajouté des caisses libre-service dans leurs magasins. Les Canadiens semblent en vouloir davantage, probablement en raison de la pandémie. Les caisses libre-service peuvent être considérées comme moins menaçantes pour les consommateurs qui visitent les épiceries. Près de 40% des Canadiens ont l’intention d’utiliser les caisses libre-service la plupart du temps au cours des six prochains mois. 
  9. Conception des magasins en fonction de la distance physique: La conception des magasins pour la distanciation physique semble être un facteur important pour les Canadiens et les épiciers. Au total, 54,7% des Canadiens pensent que les épiciers offriraient une meilleure expérience dans un local réaménagé pour faciliter une plus grande distanciation physique.