/news/politics
Navigation

3e lien : l’opposition accuse la CAQ de cacher des choses

L’aile parlementaire caquiste refuse de convoquer le directeur du bureau de projet

3e lien : l’opposition accuse la CAQ de cacher des choses
CAPTURE D'ÉCRAN/SITE DE L'ASSEMBLÉE NATIONALE

Coup d'oeil sur cet article

L’opposition libérale reproche au gouvernement caquiste de manquer de transparence en refusant de permettre aux députés de questionner le directeur du bureau de projet du tunnel Québec–Lévis, Frédéric Pellerin. 

• À lire aussi: État d’urgence: Québec solidaire réclame une loi de transition

• À lire aussi: L’appui au 3e lien encore majoritaire dans la capitale

L’aile parlementaire caquiste a finalement tranché, mercredi matin : M. Pellerin ne sera pas convoqué en commission parlementaire, comme l’opposition officielle le réclamait

Les libéraux avaient essuyé un premier refus, en avril dernier, lors de l’étude de crédits budgétaires. Le ministre des Transports, François Bonnardel, avait alors un argument qui jouait en sa faveur : le projet n’avait pas encore été dévoilé. 

Les détails sont maintenant connus depuis deux semaines, mais qu’à cela ne tienne, M. Pellerin n'aura pas à répondre davantage aux questions.

«Qu'est-ce que le directeur du bureau de projet sait que les Québécois n'ont pas le droit de savoir», a déploré la cheffe libérale Dominique Anglade, lors de la période des questions. 

La vice-première ministre Geneviève Guilbault s’est portée à la défense de la position adoptée par ses collègues en rappelant que les commissions parlementaires « sont souveraines ». 

La ministre responsable de la Capitale-Nationale a reproché aux libéraux de tourner le dos aux 165 associations et gens d’affaires qui ont signé, la semaine dernière, une lettre ouverte en appui à la réalisation du projet de tunnel. 

Des études «tapées à la dactylo» 

À son tour, la cheffe du PLQ s’est moquée des études datant des années 70, qui ont été « tapées à la dactylo » et dans lesquelles on retrouve «des dessins faits à la main», dont les caquistes ont rappelé l’existence dans les derniers jours. 

« Ce qui n’a pas de sens, c’est de proposer un Taj Mahal électoral sans aucune étude, c’est de dépenser 10 milliards de deniers publics sans même qu’une étude n’ait été déposée de la part de ce gouvernement », a martelé Mme Anglade. 

Or, selon Mme Guilbault, «il suffit de traverser le pont à l'heure de pointe» pour constater qu’il y a un problème de mobilité justifiant la construction d’un 3e lien. 

«La CAQ est lamentablement en train d'échouer le test de la transparence», a insisté Mme Anglade. 

La CAQ «a peur» dit QS 

Un peu plus tôt, devant la presse parlementaire, le député solidaire de Jean-Lesage, Sol Zanetti, croit que c’est parce que les caquistes « ont peur que l'appui faiblisse » à l’égard de leur projet de tunnel qu’ils refusent de permettre à M. Pellerin de répondre aux partis d’opposition. 

«Quand on n'a rien à cacher, là, on sort les livres. Quand on est sûr de notre affaire, on dit : Regardez, regardez, les études sont là, et puis c'est ça qui se passe. Mais là, évidemment, bien ils ne veulent pas», a constaté M. Zanetti.