/opinion/columnists
Navigation

Le retour

PALESTINIANS-ISRAEL-CONFLICT
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

Après cinq mois d’hospitalisation pour une greffe de poumons, dont 44 jours aux soins intensifs à cause de complications, j’avais quelque peu perdu le fil de l’actualité.

En meilleur état de santé et sorti des effets hallucinogènes des drogues administrées pour apaiser la douleur, je me remets graduellement dans le bain de l’actualité­­­. 

Je constate que la pandémie n’a pas changé la nature humaine, les pays riches monopolisent les vaccins, des foyers de guerre perdurent et les droits de la personne sont bafoués dans les pays totalitaires et souvent même dans les grandes démocraties occidentales.

Le navire Québec

François Legault, même s’il a accédé au poste de premier ministre, demeure un gestionnaire plus qu’un politicien visionnaire. Après tout, n’a-t-il pas renoncé à ses idéaux pour devenir le gestionnaire principal du Québec ? Cependant, cette qualité lui a été utile pour traverser les deuxième et troisième vagues de la pandémie. Il mérite un score élevé dans le combat contre la COVID­­­-19.

Il sort aussi victorieux de son combat avec les employés de l’État. Il a réussi à diviser les organisations syndicales et à imposer ses offres et son tempo dans le cadre des négociations nationales pour le renouvellement des conventions collectives. Même si le comportement gouvernemental n’est pas nouveau, les syndicats n’ont pas encore trouvé la réplique efficace.

Pour la parole donnée, le bilan reluit moins en ce qui a trait à la réforme­­­ du mode de scrutin. Le carriérisme­­­ de ses troupes l’emporte sur la démocratie.

Le troisième lien, un tunnel entre Québec et Lévis, illustre la perversion qui découle du clientélisme électoral. Monsieur Legault ferait payer tous les Québécois pour un projet douteux afin de s’acheter les votes de la région de Québec. D’autre part, certains croient que le tunnel ne sera jamais construit et que le premier ministre sert du rêve pour s’assurer un second mandat.

Ménager la chèvre et le chou, telle est l’essence du projet de loi 96 qui vise à freiner le recul du français et non à l’endiguer. C’est ainsi que le chou pourrit et que la chèvre crève de faim.

Le premier ministre fait aussi preuve de laxisme à l’égard du ministre Fitzgibbon, qui transgresse le code d’éthique comme s’il était au-dessus des règles.

Ailleurs

Le sempiternel conflit israélo-­palestinien, où les uns arguent qu’ils ont droit de se défendre pendant que les autres subissent le vol de leur terre et de leur maison. Les États-Unis qui se rangent derrière Israël en voulant faire la leçon au monde sur les droits démocratiques et humains, quand ils peinent eux-mêmes à les respecter. Cherchez l’erreur !

La coroner Kamel laisse perplexe en opposant les communautés plutôt que de contribuer à les rapprocher. Pas sûr que ces débordements s’oublieront­­­. 

Le duel Coderre-Plante, un combat entre la communauté des affaires et les progressistes.

La saga Maripier Morin n’en finit plus. Son opération de relations publiques­­­ aurait mieux réussi avec Safia Nolin à ses côtés.

Ainsi continue la vie !