/opinion/columnists
Navigation

Bals de finissants: Arruda est dans le champ

Coup d'oeil sur cet article

Lundi après-midi, sans tambour ni trompette, la Santé publique a annoncé que les finissants du secondaire n’auront pas de bal pour souligner l’obtention de leur diplôme.

À ce moment, Horacio Arruda a dit que c’est « par équité », compte tenu de l’interdiction des rassemblements intérieurs dans les domiciles, que la décision concernant les bals a été prise.

Un drôle d’argument. Un souper familial va repasser, mais un bal ne repassera pas.

La vaccination et les tests rapides

La vaccination est commencée chez les jeunes, donc on aurait pu encourager les finissants à agir en ce sens rapidement pour leur permettre d’avoir un bal à la fin juin, quand la majorité des régions seront en zone verte.

À ce moment, on permettra à des festivals d’accueillir un maximum de 2500 personnes réparties dans des sections de 250 spectateurs. Ainsi, on aurait très bien pu organiser des bals à l’extérieur avec des finissants vaccinés.

On aurait pu également utiliser des tests rapides qui dorment dans des entrepôts. Dans quelques pays, on a fait appel à ces tests pour la tenue de spectacles et les résultats sont très bons. 

  • Écoutez la chronique de Marc-André Leclerc au micro de Caroline-St-Hilaire à QUB radio:

La porte est ouverte

Quarante-huit heures après la mauvaise nouvelle, le Dr Arruda a mentionné qu’il allait réévaluer la situation, voyant que la position prise suscite beaucoup de grogne chez les adolescents et chez les parents.

M. Arruda vient ainsi de créer de l’espoir chez les jeunes. Il doit faire vite avec sa réévaluation.

On sait très bien que les jeunes vont s’organiser leur propre bal si on les empêche d’en tenir un de façon officielle. Des rassemblements où la distanciation sociale risque de ne pas être au menu.

Dernièrement, François Legault nous a dit que c’est lui qui prend les décisions, c’est maintenant le temps d’en prendre une pour le bien de nos jeunes. 

Ils méritent bien ça.