/news/transports
Navigation

Tunnel Québec-Lévis: Lehouillier exige une position ferme de Duclos

Tunnel Québec-Lévis: Lehouillier exige une position ferme de Duclos
Photo d'archives Stevens Leblanc

Coup d'oeil sur cet article

Encouragé par un récent sondage démontrant que l’appui pour le troisième lien est toujours majoritaire dans la région, le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, réclame du ministre fédéral Jean-Yves Duclos et de son gouvernement une position «ferme» dans ce dossier.

• À lire aussi: Le 3e lien Québec-Lévis capte l’attention du fabricant du plus gros tunnelier au monde

• À lire aussi: Tunnel Québec-Lévis: l’appui au 3e lien reste majoritaire dans la capitale

«Ce que je demande, c’est qu’on soit fermes dans nos positions. Vous me suivez? Alors, M. Duclos, il devra préciser, au niveau du gouvernement fédéral, bien sûr, jusqu’où ils sont prêts à aller dans le tunnel, et ça, ça va être important. On ne pourra pas tourner autour du pot et dire peut-être ceci ou cela», a martelé M. Lehouillier jeudi.

«D’autre part, on a un parti politique à Ottawa qui est très autonomiste. J’ose espérer qu’on va demander de respecter les priorités du gouvernement du Québec», a-t-il lancé, soulevant que le gouvernement Legault avait été élu «démocratiquement» en promettant un tunnel entre Québec et Lévis.

Selon un coup de sonde Mainstreet commandé par le gouvernement caquiste, 60% des répondants de la Capitale-Nationale, de Lévis et de Bellechasse sont en faveur de la construction de cette infrastructure dont la facture pourrait atteindre 10 milliards de dollars. «Alors, il y a un consensus, il y a un appui massif de la population», interprète le maire.

Mardi, Jean-Yves Duclos a affirmé que son gouvernement ne pouvait, à ce moment, prendre un engagement dans le financement de l’infrastructure, car la province n’a toujours pas déposé formellement son projet à Ottawa. Il a au passage rappelé que «le gouvernement fédéral ne finance plus la construction d’autoroutes».

Gilles Lehouillier estime que le fédéral doit au «minimum» considérer le volet consacré au transport en commun dans le projet qui est, selon lui, «extrêmement important». Il désire aussi «s’assurer que, dans le reste du Canada, il n’y a pas de précédent de financement des axes routiers actuellement», promettant de «fouiller ça un peu» et disant vouloir éviter «un deux poids deux mesures».

«Plus on va avancer dans le temps, moins il va y avoir de la place pour ceux et celles qui restent sur la clôture. [...] Le mi-chair, mi-poisson, la population ne l’acceptera pas, c’est mon point de vue», a déclaré le maire, disant s’adresser «à tous ceux qui interviennent dans ce dossier-là».

Le maire Lehouillier s’exprimait en marge d’une conférence de presse sur le lancement de la programmation estivale à Lévis. La Ville investira plus d’un million de dollars pour la tenue de 200 animations éclatées dans une cinquantaine de sites, entre le 15 juin et le 15 septembre, avec la contribution de 34 organismes et entreprises partenaires. «L’avantage de notre formule, c’est qu’elle s’adapte aux divers changements et aux diverses consignes de la Sécurité publique», a-t-il fait savoir.

À VOIR AUSSI