/news/transports
Navigation

3e lien: la ministre Geneviève Guilbault demeure convaincue de l’appui des gens de la région

Le 3e lien ne semble cependant pas faire l’unanimité selon un récent sondage

Coup d'oeil sur cet article

La vice-première ministre Geneviève Guilbault demeure convaincue que « les gens de Québec et de la Rive-Sud sont derrière » le projet de troisième lien, même si un sondage Léger révèle que seulement un Québécois sur deux accepte d’y injecter dix milliards.

• À lire aussi: Tramway de Québec: retard d’un an et reprise à zéro du processus d’approvisionnement

• À lire aussi: [SONDAGE] L’ampleur de la facture du 3e lien effraie les électeurs

• À lire aussi: Tunnel Québec-Lévis: Lehouillier exige une position ferme de Duclos

Comme rapporté dans nos pages, un coup de sonde commandé par l’opposition péquiste situe, dans l’ensemble du Québec, le taux d’appui envers un pareil investissement à 26 %, alors que 19 % demeurent indécis. 

Dans la région de Québec, 47 % des répondants se disent en faveur, soit 10 % de moins que ce qu’indique un récent sondage Mainstreet commandé par la Coalition avenir Québec. 

« Il y a un large appui dans la population derrière ce projet-là », croit malgré tout Mme Guilbault. 

Et selon la ministre responsable de la Capitale-Nationale, cet appui vaut pour tout ce qui compose le Réseau express de la Capitale (REC), qui comprend un tunnel, le tramway et des ajouts de voies réservées sur les principaux axes routiers existants de chaque côté du fleuve. 

Mme Guilbault s’appuie notamment sur les 167 entreprises et regroupements d’affaires qui ont signé une lettre en appui à la réalisation du REC, le week-end dernier.  

Un autre son de cloche 

« Le sondage sur le tunnel paru [vendredi] matin est pas mal différent de celui commandé par la Coalition avenir Québec », a commenté pour sa part le député solidaire de Jean-Lesage, Sol Zanetti. 

« C’est quoi la différence ? Le prix. Question honnête : “Voulez-vous un tunnel à dix milliards ?” Réponse honnête : “Non” », a-t-il analysé. 

Qualifiant le coût du projet de tunnel de « pharaonique », M. Zanetti a demandé à ce que le gouvernement fasse preuve de plus de transparence en dévoilant quels autres scénarios ont été évalués, notamment en ce qui a trait aux voies réservées qui sont prévues, soit une sur trois, dans chaque direction. 

« Cette option-là de tunnel, est-ce que c’était la moins chère pour du transport en commun interrives ? Oui ou non ? » a-t-il demandé au Salon bleu.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

QS « contre les voitures » 

« Je sais que Québec solidaire est contre les voitures, mais les gens utilisent des voitures dans la vie au quotidien, entre autres en banlieue », a répliqué Mme Guilbault.  

« Je n’ai jamais entendu Québec solidaire s’opposer aux grands projets à
Montréal, aux grands projets sur la Rive-Sud, sur la Rive-Nord de Montréal, à Laval, etc. C’est seulement contre la Capitale-Nationale qu’ils en ont », a-t-elle dénoncé. 

À son tour, la députée de Taschereau, Catherine Dorion, a lancé que si la CAQ était vraiment pour le transport en commun, elle aurait commandé une véritable étude. 

À VOIR AUSSI: