/news/politics
Navigation

Québec resserre les règles pour le recrutement d’étudiants étrangers

Coup d'oeil sur cet article

Québec a annoncé vendredi de nouvelles actions pour corriger des lacunes observées dans le recrutement d’étudiants étrangers et resserrer les règles et les exigences pour les collèges privés de la province.

«Plusieurs événements concernant le recrutement d’étudiants étrangers sont survenus dans les collèges privés et nous ont grandement préoccupés. L’ensemble des établissements d’enseignement supérieur du Québec doit répondre aux plus hautes exigences du Ministère, qu’elles soient relatives aux études ou d’ordre légal», a déclaré par voie de communiqué la ministre de l’Enseignement supérieur, Danielle McCann.

«Ces mesures combinées vont nous permettre, j’en suis certaine, d’assurer que les services donnés par nos collèges privés le sont dans un objectif de formation et d’apprentissage», a-t-elle ajouté.

Le gouvernement Legault va donc déployer 14 mesures, dont une qui établira un nombre maximal d’étudiants admissibles qui sera inscrit aux permis des collèges concernés.

Certains établissements devront également effectuer des corrections en ce qui concerne la diffusion d’informations incomplètes, des lacunes dans les contrats de service, des dossiers d’étudiants incomplets ou encore la transmission des données d’inscription et de sanctions dans les systèmes ministériels.

Une équipe sera aussi consacrée dès cet automne à la vérification de la conformité des collèges alors qu’un comité interministériel sera mis sur pied afin de «resserrer le processus de recrutement d’étudiants étrangers par des firmes privées».

«Les actions concrètes contenues dans ce plan permettront à la fois d’assurer la protection des étudiants étrangers et l’intégrité de nos programmes d’immigration», a soutenu Nadine Girault, ministre des Relations internationales et de la Francophonie, ministre de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration et ministre responsable de la région des Laurentides.

Rappelons qu’une enquête administrative avait été déclenchée à la suite d’arrestations réalisées par l’Unité permanente anticorruption (UPAC) au sujet de stratagèmes qui visaient le recrutement d’étudiants étrangers dans la Commission scolaire Lester-B.-Pearson, à Montréal.

Neuf collèges privés ont alors subi une vérification afin d’évaluer leur conformité à la «Loi sur l’enseignement privé».