/news/currentevents
Navigation

Arrestation de Dominique Laroche: son émission de télé retirée en catastrophe

Les récents événements forcent Télé-Mag à «jeter à la poubelle» les huit épisodes

Quebec
Photo Stevens Leblanc Dominique Laroche a ouvert la porte de son domicile au représentant du Journal, hier, mais l’a immédiatement refermée sans prononcer un mot.

Coup d'oeil sur cet article

L’arrestation de l’ancien skieur acrobatique Dominique Laroche, mercredi, continue de faire des remous, alors que la chaîne de télévision Télé-Mag se retrouve le bec à l’eau après avoir décidé de ne pas diffuser les émissions dont il était l’animateur.

• À lire aussi: Un pionnier du ski acrobatique pincé pour des délits sexuels

• À lire aussi: Arrestation de Dominique Laroche: onde de choc dans le monde du ski

«C’est huit émissions qu’on va jeter à la poubelle», affirme le directeur général de la station de télévision de Québec, Éric Fortier, encore secoué par l’arrestation de l’homme de 60 ans, pour des délits à caractère sexuel.

Bien connu dans le monde du ski acrobatique de la région de Québec, Dominique Laroche, était l’animateur de l’émission Plaisirs nautiques, présentée à Télé-Mag, depuis près de sept ans.

Mais, depuis deux jours, toute l’équipe de production est en «gestion de crise», mentionne M. Fortier, alors que le premier épisode de la saison devait être présenté hier soir, à 20 h 30. « C’est vraiment se revirer sur un dix cennes [...] », dit-il.

En pleine recherche d’un nouvel animateur, M. Fortier souhaite relancer les tournages le plus rapidement possible. «Nous avons une grosse réunion demain [aujourd’hui] pour établir le plan de match pour repartir la série dans quelques semaines, afin qu’il y ait le moins de retard possible», indique M. Fortier.

  • Écoutez le résumé de Mathieu Boulay au micro Benoît Dutrizac sur QUB radio:

Pertes financières

Le directeur général refuse de chiffrer les pertes financières engendrées par l’arrestation de Laroche, mais précise qu’il s’agit de «grosses pertes».

«On ne peut pas les diffuser. Les partenaires ne voudront pas être associés [à Dominique Laroche], on va se créer une problématique et j’ai l’impression qu’on aurait une vague d’appels si on allait avec ça en ondes. La décision a été de ne pas mettre les épisodes en ondes, en raison des événements».

Les huit épisodes de 29 minutes chacun avaient été tournés l’été dernier, sur différents plans d’eau du Québec.

«On est sonnés»

Pour le personnel de la station de télévision, la nouvelle est encore difficile à avaler. «On est sonnés. Encore dans les couloirs aujourd’hui, personne n’en revient, tout le monde est sous le choc. Honnêtement-, je suis tombé en bas de ma chaise quand je l’ai appris», mentionne-t-il.

Muet

Par ailleurs, des membres de la famille étaient présents au domicile de l’accusé, hier midi. Certains avaient cependant quitté les lieux lorsque Le Journal s’est présenté à la résidence de Lac-Beauport. L’ancien skieur a lui-même ouvert la porte au représentant du Journal, mais n’a pas souhaité répondre à nos questions.

Dominique Laroche, qui était également courtier immobilier, fait face à plusieurs chefs d’accusation pour des infractions à caractère sexuel, dont agression sexuelle, contact sexuel et incitation à des contacts sexuels sur une personne d’âge mineur, en plus de contacts sexuels et incitation à des contacts sexuels alors qu’il était en position d’autorité. Les faits qui lui sont reprochés se sont déroulés entre 2007 et 2020 et concernent une victime.

Il a été libéré sous plusieurs conditions et doit comparaître au palais de justice de Québec le 16 septembre prochain.

– Avec la collaboration de Martin Lavoie