/news/education
Navigation

Des finissants du secondaire manifesteront lundi pour leur bal

Florence Patry et Koralie Michaud, âgées de 17 ans, espèrent convaincre le gouvernement de permettre les bals de finissants cette année.
Photo Didier Debusschère Florence Patry et Koralie Michaud, âgées de 17 ans, espèrent convaincre le gouvernement de permettre les bals de finissants cette année.

Coup d'oeil sur cet article

Des élèves de cinquième secondaire organisent une manifestation lundi après-midi devant l’hôtel du parlement de Québec, dans le but de faire entendre au premier ministre François Legault qu’ils « méritent un bal des finissants ».

• À lire aussi: Nos ados peuvent «bâtir leur party»

• À lire aussi: Legault a suggéré de permettre des bals de finissants en plein air

• À lire aussi: Cri du cœur d’une élève du secondaire: n’hésitez plus et déconfinez les bals de finissants, s.v.p.

« On veut leur prouver [au premier ministre François Legault et au directeur national de santé publique, Horacio Arruda] qu’on est capable de respecter les règles sanitaires », affirme l’instigatrice de la manifestation, Florence Patry.

L’étudiante de l’école secondaire des Sentiers de Charlesbourg a lancé l’idée de la manifestation sur les réseaux sociaux il y a quelques jours. Elle souhaite que plus de 200 élèves répondent à son appel, pour l’événement prévu à 13 h lundi.

Un « bal allégé »

Consciente que leur éventuel bal ne sera pas ce qu’il aurait pu être, la jeune femme de 17 ans souhaite à tout le moins pouvoir avoir un « bal allégé ». « Ce serait une cérémonie où on aurait le droit d’avoir au moins nos parents avec nous », précise-t-elle.

Par ailleurs, d’autres initiatives ont émergé dans les derniers jours, dans le but de convaincre le gouvernement de revenir sur sa décision d’annuler les bals de finissants. Rappelons que mercredi dernier, le Dr Horacio Arruda s’est engagé à réévaluer la possibilité de permettre ou non les bals de finissants.

C’est le cas notamment à Rimouski, à l’école secondaire Paul-Hubert, où deux étudiantes de cinquième secondaire incitent leurs compatriotes des quatre coins du Québec à porter du blanc dans les prochains jours. « Toute l’année, on a fait des sacrifices afin de protéger les plus vulnérables. Mais, pour une journée, on pourrait faire une exception et fêter tous ensemble », affirme l’une d’elles, Ann-Frédérique Pelletier.

Une pétition a aussi été lancée sur la plate-forme Change.org et a récolté déjà plus de 22 000 signatures.