/weekend
Navigation

Douce histoire d’adoption

Amy Lachapelle
Photo Chantal Poirier

Coup d'oeil sur cet article

Pour son troisième roman pour adultes, Les Nouveaux Petits souliers dans l’entrée, Amy Lachapelle offre à ses lecteurs une douce fiction sur la famille, les deuils difficiles et les différentes maternités. Avec une infinie délicatesse, elle raconte une belle et lumineuse histoire d’adoption. Flavie, une petite fille qui arrive avec sa minuscule valise, changera totalement le quotidien d’une famille.

Stéphanie, déjà maman et conjointe, ressent un grand vide dans sa vie depuis le décès de sa mère. Elle cherche désespérément à le combler. Après une discussion avec sa grande amie, qui œuvre à la DPJ, Stéphanie décide d’ouvrir les portes de sa confortable existence pour devenir famille d’accueil, avec l’accord de son conjoint et de son fils.

Cette idée créera des petites tempêtes, mais Stéphanie apprendra que la famille, au fond, ce n’est pas seulement une affaire de liens de sang. 

Dans ce roman tout en sensibilité et en émotions, Amy Lachapelle aborde le thème délicat de l’adoption. Elle s’est inspirée de l’histoire d’une personne de son entourage qui a été famille d’accueil.

<strong><em>Les nouveaux petits souliers dans l’entrée</em></strong><br><em>Amy Lachapelle</em><br>Éditions Libre Expression<br>320 pages
Photo courtoisie, Éditions Libre Expression
Les nouveaux petits souliers dans l’entrée
Amy Lachapelle
Éditions Libre Expression
320 pages

« Je trouvais qu’on parle toujours des mauvaises histoires de la DPJ et des mauvaises histoires qui se sont passées dans des familles d’accueil. Moi, j’avais envie de raconter une belle histoire, parce qu’il y en a, des histoires de réussite », commente-t-elle, en entrevue.

« C’est pas vrai que ça se passe ultra mal pour tous les enfants de famille d’accueil et qu’il y a des gros problèmes. C’est pas toujours comme ça. »

Un ton différent

Amy Lachapelle avait donc envie d’aller dans ce type d’histoire – une histoire positive – mais le ton est très différent de ses romans précédents. 

« Je suis un peu moins dans l’humour, un peu moins dans le côté bon enfant. Je ne suis pas du tout dans la romance, cette fois-ci », convient-elle. « Le personnage principal, son conjoint et leur enfant décident ensemble d’ouvrir leur porte pour être famille d’accueil. Le ton est complètement différent et je suis un peu sortie de ma zone de confort, je dois dire. »

L’histoire est moins personnelle, également. « Pour mon premier roman, je m’étais inspirée de moi, de ce que j’avais vécu. Mais pour ce roman, je n’ai pas vécu ça. Je pense que mon regard est différent sur cette histoire. »

Amy avait cette histoire en tête depuis longtemps. « J’ai beaucoup aimé écrire cette histoire, me mettre dans la peau des personnages et m’imaginer comment ils vivaient tout ça. »

La famille

La famille est un sujet super important pour l’écrivaine. « Je suis très proche de ma famille. C’est un sujet qui est inépuisable. On peut en parler sous toutes les coutures. »

Et la définition du noyau familial a bien changé au cours des dernières décennies. « J’aime présenter des familles qui sont moins conventionnelles. La famille, c’est aussi ceux qu’on choisit et c’est un peu ça que cette histoire raconte. »

Stéphanie choisit de laisser Flavie entrer dans sa maison et dans sa vie. « Il y a des moments où elle trouve ça très difficile, où elle remet en question ses décisions, mais d’un autre côté, la petite lui apporte beaucoup. Flavie avait une vie avant d’arriver en famille d’accueil et elle arrive avec son bagage. »

« Au début, pour Stéphanie, c’était une façon de sauver cette petite fille, mais elle se rend compte que la relation va dans les deux sens. Flavie apporte beaucoup à la famille. J’ai voulu montrer que lorsqu’un enfant entre dans ta vie, c’est pas juste toi qui apporte quelque chose à l’enfant : cet enfant t’en apporte beaucoup aussi. C’était intéressant de montrer comment on apprend à vivre ensemble. »

EXTRAIT

« La petite Flavie se tient dans l’embrasure de la porte. Du haut de ses six ans, elle traîne avec elle, outre son passé houleux, sa minuscule valise usée remplie à ras bord. Toute sa courte existence est enfermée dans ce bagage à grosses fleurs mauves. Mon cœur se serre, squeezé entre cet élan d’amour que j’éprouve déjà pour elle et l’impression qu’une épée de Damoclès me pend au-dessus de la tête. »


  • Amy Lachapelle est née au Témiscamingue.
  • Elle a écrit une quarantaine de livres pour la jeunesse.
  • Elle a publié deux autres romans pour adultes, Le Début des petites étincelles et Toi et moi ça fait six.
  • Elle est présentement dans l’écriture de ses projets en littérature jeunesse, dont le deuxième tome de la série des Métivier.