/weekend
Navigation

Les débuts de Sharko dans la police

Franck Thilliez
Photo courtoisie, Audrey Dufer Franck Thilliez

Coup d'oeil sur cet article

Grâce à 1991, le tout nouveau polar de l’écrivain français Franck Thilliez, on pourra découvrir l’enquête qui a lancé la carrière de son célèbre commissaire Sharko.

Pour mémoire, c’est en 2004 que Franck Thilliez a débarqué sur la scène littéraire avec Train d’enfer pour Ange rouge. Qui était alors son tout premier roman, mais aussi le tout premier volet des enquêtes du commissaire Franck Sharko. Et tant qu’à répéter encore une fois les mots « tout premier », autant le faire maintenant : Sharko a aussi été le tout premier personnage créé par Franck Thilliez. 

« À l’époque, il avait déjà une bonne quarantaine d’années, et c’est donc un personnage en pleine action que j’ai fait grandir au fil des livres, explique l’auteur qui vit à Béthune, dans le nord de la France. Mais 15 ans plus tard, après avoir publié sept ou huit Sharko, je me suis rendu compte qu’on n’en savait que très peu sur lui et sur ce qu’il avait vécu avant. Alors du coup, ça m’a donné l’envie de raconter son arrivée dans la police. »

Cette arrivée, Franck Thilliez a d’abord dû la calculer en fonction de tout ce qu’il avait déjà écrit sur Sharko dans ses précédents romans. « Je ne connaissais pas son passé, mais j’avais glissé quelques dates ici et là, dit-il. J’ai ainsi pu établir qu’en 1991, Sharko venait d’avoir 30 ans. Une bonne période parce qu’en 1990-91-92, avec l’apparition de l’informatique, il y a eu beaucoup de changements dans la police. Elle fonctionnait encore à l’ancienne, mais elle était à deux doigts d’utiliser des outils plus modernes qui allaient modifier le travail des enquêteurs. Et puis à titre personnel, comme j’avais alors 18-19 ans, j’ai plein de souvenirs de ces années-là ! »

Retour vers le passé

Avec le roman 1991, on revient donc 30 ans en arrière. Pour recadrer un peu les choses, c’est l’année où la guerre du Golfe prend fin, où le premier site web est lancé, où l’URSS est définitivement dissolue et où Nirvana joue en boucle dans la plupart des baladeurs. 

De son côté, Franck Sharko sort à peine de l’école des inspecteurs. Et comme il n’est encore qu’un bleu au sein de la Brigade criminelle, c’est dans la salle des archives du 36, quai des Orfèvres qu’il passe le plus clair de son temps. Pas pour y faire le ménage, non, mais pour compulser un à un tous les dossiers, procès-verbaux et documents reliés à l’affaire des Disparues du Sud parisien. Entre 1986 et 1989, trois femmes d’une trentaine d’années ont en effet été enlevées, violées et assassinées à coups de couteau sans que leur meurtrier n’ait pu être appréhendé ni même identifié. Alors qui sait, peut-être le jeune Sharko parviendra-t-il à trouver dans toute cette paperasse un élément susceptible de relancer l’enquête ? 

« Pour me replonger dans l’ambiance, j’ai lu beaucoup sur cette époque, souligne Franck Thilliez. Il fallait que je trouve une grande affaire criminelle afin de mettre Sharko à l’épreuve – une grande affaire comme celle de Guy Georges, le tueur de l’Est parisien ! – et en cours de route, je me suis rendu compte que tout passait par l’intuition, par l’acharnement. Il y avait certaines lenteurs liées à l’époque parce que la technologie n’était pas la même qu’aujourd’hui : pas d’internet qui donne accès à l’info tout de suite, pas de téléphone cellulaire pour appeler au secours lorsqu’on se retrouve tout seul, pas de résultats de tests pendant les fins de semaine, pas d’application pour obtenir l’itinéraire le plus rapide... En écrivant un roman se déroulant à une époque plus lente, le plus difficile pour moi a donc été de donner un certain rythme à l’histoire, de toujours trouver quelque chose pour relancer l’action. »

Dans le monde d’avant

L’un de ces quelques choses sera notamment l’apparition d’un second tueur particulièrement machiavélique. Surnommé « le Méticuleux », il laissera derrière lui des cadavres très salement amochés et Sharko fera tout ce qui est en son pouvoir pour le traquer et le débusquer. 

Et histoire de nous accrocher bien comme il faut, Franck Thilliez n’hésitera pas à glisser entre les pages de 1991 une bonne dose de magie et de rituels vaudou, ce qui nous permettra au passage d’en apprendre beaucoup sur Houdini ou la poudre à zombies ! 

« J’ai eu l’idée d’écrire cette première histoire de Sharko vers les mois d’octobre-novembre 2019, ajoute Franck Thilliez. Alors quand la pandémie a commencé, je quittais le monde d’aujourd’hui et j’étais dans les années 1990 chaque fois que je me mettais à écrire. Ça m’a fait beaucoup de bien et je pense que ça va faire aussi du bien aux lecteurs ! » 

1991<br/>
Franck Thilliez<br/>
aux Éditions Fleuve<br/>
504 pages.
Photo courtoisie
1991
Franck Thilliez
aux Éditions Fleuve
504 pages.