/news/transports
Navigation

Les traversiers menacent de faire la grève cet été

Coup d'oeil sur cet article

La saison touristique pourrait s’annoncer plus compliquée que prévu dans plusieurs régions du Québec, le Regroupement des traversiers affilié à la Fédération des employées et employés de services publics (FEESP-CSN) ayant laissé brandir dimanche soir le spectre d’une grève cet été.

Le regroupement a fait part de son intention d’avoir recours à ce moyen de pression si les négociations entourant le renouvellement de la convention collective ne progressaient pas suffisamment, a-t-il indiqué par voie de communiqué. Cette dernière est échue depuis le 31 mars 2020.

«Nos syndicats ont voté très fortement en faveur d’un mandat de grève de cinq jours, à exercer au moment opportun», ont affirmé les deux porte-parole du Regroupement des traversiers CSN, Patrick Saint-Laurent et Émilie Bourgie-Côté.

«Considérant que nous sommes trois syndicats au sein du regroupement, nous avons donc 15 jours en banque et nous allons cibler des moments très précis pour exercer nos mandats de grève au cours de l’été», ont-ils ajouté.

Les deux porte-parole ont également soutenu que la structure salariale date d’une autre époque et est plus basse que celles présentement en vigueur dans les autres secteurs publics et parapublics.

«Nous assurons un service fondamental aux citoyens, mais les salaires ne sont pas au rendez-vous, et ce, depuis bien des années», ont-ils clamé.

Le regroupement représente près de 200 membres, principalement des préposés passerelle et quais, des caissiers, des matelots, des gardiens-matelots et des soudeurs.