/news/currentevents
Navigation

Michel Brûlé est mort dans la tourmente, son frère se confie

Le frère de l’ex-éditeur Michel Brûlé se confie sur son mystérieux décès survenu au Brésil

Coup d'oeil sur cet article

GUARAPARI, BRÉSIL | Crises de bipolarité, fascination pour l’Allemagne, démêlés avec la justice brésilienne... Les derniers moments de l’éditeur Michel Brûlé, reconnu coupable d’agression sexuelle, ont été marqués par la tourmente.

• À lire aussi: Michel Brûlé refusait de soigner ses troubles de bipolarité

• À lire aussi: Michel Brûlé: une mort qui reste mystérieuse

« Mon frère est décédé dans mes bras. [...] Il m’a dit que j’étais la personne qu’il aimait le plus. Au moins, la dernière image qu’il a eue avant de partir, c’était moi », raconte avec émotion Martin Brûlé, le frère de l’éditeur déchu, rencontré par TVA Nouvelles dans sa résidence de Guarapari, au Brésil.

L’ex-éditeur (à droite) habitait à l’auberge de son frère Martin (à gauche), au Brésil, depuis décembre dernier.
Photo collaboration spéciale Agence QMI, Serge Boire
L’ex-éditeur (à droite) habitait à l’auberge de son frère Martin (à gauche), au Brésil, depuis décembre dernier.

Il y a une semaine, un journal local brésilien faisait état de la mort de Michel Brûlé à la suite d’un violent accident de vélo, près de sa résidence. Ce dernier aurait frappé un panneau de signalisation avant de se fracasser la tête contre un arbre, puis de terminer sa chute au fond d’un fossé.

Il est mort après avoir percuté à vélo un panneau de signalisation avant de s’écraser contre un arbre et de chuter dans un fossé, le 31 mai.
Photo courtoisie, ftemporeal.com
Il est mort après avoir percuté à vélo un panneau de signalisation avant de s’écraser contre un arbre et de chuter dans un fossé, le 31 mai.

Alerté par des voisins, son frère est arrivé sur les lieux avant même l’arrivée des secours, qui n’ont rien pu faire pour le sauver. « C’est une tragédie, toute cette histoire-là », déplore-t-il. 

  • Écoutez la chronique de Félix Séguin sur QUB radio:   

Crises bipolaires

Martin Brûlé, qui hébergeait son frère depuis décembre, dépeint le portrait d’un homme visiblement perturbé. L’homme de 56 ans avait reçu un diagnostic de bipolarité en 2019, et sa santé mentale ne tenait qu’à un fil.

En crise et fasciné par l’Allemagne, Michel Brûlé partait la nuit explorer des villages isolés de la région, anciennement colonisés par des Allemands.

Les funérailles de Michel Brûlé se sont tenues au lendemain de son décès à Guarapari, au Brésil. Son frère, Martin, a notamment lu une prière avant qu’il soit enterré.
Photo collaboration spéciale Agence QMI, Serge Boire
Les funérailles de Michel Brûlé se sont tenues au lendemain de son décès à Guarapari, au Brésil. Son frère, Martin, a notamment lu une prière avant qu’il soit enterré.

« [Un jour] il avait marché 35 km dans la jungle, d’un village à l’autre, à la noirceur. J’ai tous les enregistrements parce que quand il était sur son high, il me parlait toute la nuit », indique son frère.

  • Écoutez le journaliste Alexandre Dubé avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:



En mars dernier, une énième sortie nocturne s’est mal terminée à Domingos Martins, une petite municipalité située à 65 km au nord de Guarapari, où il habitait. Une altercation lui a valu une blessure au visage et quatre chefs d’accusation, dont un pour grossière indécence.

Interrogations

Le nom de Michel Brûlé était revenu dans l’actualité le 26 mai quand il a omis de se présenter en cour virtuellement pour la suite des procédures en justice au Québec pour agression sexuelle. 

« Il semble vouloir s’esquiver », avait alors souligné la procureure Me Valérie Lahaie. 

Un mandat d’arrestation international avait d’ailleurs été évoqué. Rappelons qu’il avait été condamné en octobre 2020 pour une agression sexuelle sur une auteure survenue en mars 2014. 

Son accident mortel s’est produit cinq jours plus tard, suscitant plusieurs interrogations au Québec, alors qu’aucune autorité canadienne n’était en mesure de confirmer son décès. 

- Avec la collaboration de Jérémy Bernier

Si vous avez besoin d’aide  

Ligne québécoise de prévention du suicide  

  • www.aqps.info   
  • 1 866 APPELLE (277-3553)                   

Jeunesse, J’écoute  

Tel-jeunes  

À VOIR AUSSI