/finance/business
Navigation

QScale: les milliards du mariage agriculture-techno

QScale veut faire mieux que les géants du web en utilisant la chaleur gratuite des immenses centres de calcul

Martin Bouchard
Photo courtoisie Plus de 30 millions de dollars ont été amassés auprès d’investisseurs pour les projets de QScale à Lévis et à Saint-Bruno-de-Montarville.

Coup d'oeil sur cet article

Des entrepreneurs québécois veulent bâtir de puissants centres de calcul et se servir de la chaleur produite pour faire pousser des fruits et des légumes en plein hiver à Lévis et à Saint-Bruno-de-Montarville pour battre les géants du web.

« Je trouve ça triste que Google s’installe sur des terres agricoles à Beauharnois, sur le garde-manger du Québec, et qu’il aille construire tout simplement un bâtiment de quatre murs de 30 emplois », lance en entrevue au Journal Martin Bouchard, président de QScale.

« Ils ne recyclent pas l’énergie. Ils ne feront pas de projets de serres. Je trouve qu’en tant que société, on devrait avoir de plus grandes attentes », ajoute l’entrepreneur de Québec, à qui l’on doit le moteur de recherche Copernic.

Dans le monde des technos, Martin Bouchard n’est pas né de la dernière pluie. C’est lui qui a cofondé les centres 4Degrés, qui ont été vendus à Vidéotron et qui appartiennent aujourd’hui à Vantage.

Depuis trois ans, il travaille avec Vincent Thibault et Dany Perron sur un concept poussé de centre de calcul futuriste, qui entend miser sur le recyclage d’énergie.

  • Écoutez la chronique économique d’Yves Daoust, directeur de la section Argent du Journal de Montréal, sur QUB radio:

Incompréhension

Même si l’entrepreneur salue la présence des Amazon (Varennes) et Google (Beauharnois), il saisit mal pourquoi ces géants américains ne font rien avec « l’énergie gratuite » qui se dégage de leurs centres ultramodernes.

« À Lévis, notre site est en construction depuis un mois. On veut faire des centres de traitement, et non des centres de données », précise Martin Bouchard, qui roule sa bosse depuis des dizaines d’années dans l’industrie.

Par exemple, un centre de recherche de Singapour, une entreprise de l’Europe ou une PME de Californie pourront envoyer leurs modèles mathématiques se faire traiter au Québec avec de l’énergie propre chez QScale.

En gros, autant les multinationales que les entreprises d’ici pourront se servir des puissants ordinateurs et de l’intelligence artificielle de QScale pour résoudre des équations complexes souvent difficiles à résoudre à l’interne.

Recycler l’énergie

Recherche et développement, nouveaux produits, améliorations des processus d’usine... la puissance de calcul est le nerf de la guerre en innovation.

« On va utiliser cette chaleur-là pour faire pousser des fraises et des tomates en plein hiver à -22 degrés au mois de février », a expliqué Martin Bouchard à l’émission Mêlez-vous de vos affaires à QUB.

Plus de 30 millions de dollars ont déjà été amassés auprès d’investisseurs pour les projets de Lévis et de Saint-Bruno-de-Montarville, mais il en faudra plus.

« On parle de projets qui pourraient avoisiner les cinq milliards de dollars », souligne Martin Bouchard, en insistant pour dire que les détails seront connus plus tard lors d’une annonce officielle.

Au Journal, l’attaché de presse du premier ministre du Québec a indiqué que François Legault n’avait pas encore eu de rencontres avec la compagnie québécoise.

« Par contre, il y a eu un certain nombre d’échanges avec un de leurs représentants dans la dernière année au niveau du cabinet », a confirmé Ewan Sauves.

« Q » pour Québec

Dans sa stratégie, Québec ambitionne de doubler la quantité de serres de 123 hectares à 246 hectares ces cinq prochaines années, de la musique aux oreilles pour Martin Bouchard, qui veut faire rimer techno et agriculture.

« Il faut que le Québec soit beaucoup moins dépendant des autres pour son autonomie alimentaire, donc on veut contribuer », résume-t-il. 

En cours d’entretien, Martin Bouchard insiste : autant que possible, l’actionnariat de la société restera québécois.

« On veut que ça soit un projet vraiment québécois. Dans QScale, le Q vient de Québec », explique-t-il avec fierté.

Alors que Google prévoit créer quelques dizaines d’emplois à Beauharnois, le centre de calcul et le complexe de serres de QScale de Lévis et de Saint-Bruno pourraient en créer jusqu’à 1500.

« En moyenne, les salaires devraient dépasser les 80 000 $ par année », conclut Martin Bouchard, en disant déjà se pencher sur certaines solutions robotisées pour aider les autres travailleurs du côté des serres.


♦ À Beauharnois, le projet de centre de données de Google de plus de 735 millions de dollars pourrait créer entre 300 et 500 emplois lors de sa construction, mais à peine une trentaine par la suite.

QScale en bref      

  • Fondation : 2018   
  • Actionnaires et cofondateurs : Vincent Thibault, Martin Bouchard et Dany Perron   
  • Employés : 15   
  • Consultants : 35      

PROJET DE LÉVIS  

  • Pieds carrés : 2 millions   
  • Serres : 80 terrains de football   
  • Emplois prévus : entre 500 et 1000   
  • Investissements : + ou - 3 G$      

PROJET DE SAINT-BRUNO-DE-MONTARVILLE  

  • Pieds carrés : 1 million   
  • Serres : 40 terrains de football   
  • Emplois prévus : entre 250 et 500   
  • Investissements : + ou - 1 G$       

(Source : QScale)