/news/education
Navigation

Des finissants soulagés de pouvoir célébrer librement

Le premier ministre François Legault autorise les bals à l’extérieur dès le 8 juillet

Quebec
Photo Stevens LeBlanc Comme plusieurs autres adolescentes, Catherine-Rose Gingras et son amie Léa Santerre avaient déjà acheté leur robe malgré l’incertitude entourant leur bal de finissants.

Coup d'oeil sur cet article

Soulagées et heureuses de l’annonce du gouvernement, plusieurs finissantes de 5e secondaire avaient déjà prévu de souligner cette étape importante de leur vie, que ce soit par un véritable bal ou une activité spéciale. 

Malgré l’incertitude entourant les bals de finissants, bien des adolescentes avaient tout de même acheté leur robe en prévision de ce moment marquant. Avec une pensée pour les oubliés de l’an dernier, les jeunes pourront s’amuser plus librement après une dure année de sacrifices. 

« Ça donne de l’espoir pour le mois d’octobre où nous avons prévu notre vrai bal. Ailleurs, ça me surprendrait toutefois que les écoles du Québec ouvrent pour faire une activité en juillet », explique Catherine-Rose Gingras, élève au Juvénat Notre-Dame, école secondaire privée de Lévis.

Deux semaines après une première dose de vaccin, les jeunes ont prévu une journée hors de l’ordinaire.

« Nous aurons un événement pour les finissants le 22 juin. L’école a fait un beau travail et on ne peut pas critiquer », ajoute Catherine-Rose. Son amie a aussi salué la décision du premier ministre Legault.   

  • Écoutez la chronique politique de Rémi Nadeau, chef du Bureau parlementaire à Québec, sur QUB radio:  

Satisfaites

« C’est gros comme événement et c’est difficile de se virer de bord rapidement. J’étais convaincue qu’on n’aurait rien. Les parents vont probablement pouvoir venir et nous sommes contentes », a ajouté Léa Santerre.

Pourtant, ces assouplissements en juillet vont créer de « faux espoirs » chez les élèves, ont déploré des directions d’école mardi. « Ce n’est pas réaliste », lance notamment Hélène Bossé, vice-présidente de la Fédération québécoise des directions d’établissement d’enseignement.

Ailleurs, d’autres établissements avaient prévu un événement, peu importe la décision des autorités. C’est le cas à la polyvalente Saint-Francois de Beauceville.

« Nous avons une journée de classe avec des activités spéciales où nous allons être en robe et en habit. C’est sûr que nous allons aussi refaire quelque chose après, juste avec notre gang », a mentionné Maria Bourque.

  • Écoutez le journaliste Alexandre Dubé avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:

À Québec, l’école secondaire De Rochebelle maintiendra aussi son activité pour les finissants le 26 juin prochain.

Les énormes rassemblements dans les parcs ou à la plage, ou encore près du Centre Bell ont récemment soulevé des questions reliées à l’interdiction des bals.  

  • Écoutez l'entrevue de Pierre Nantel avec Nancy Delagrave, Coordinatrice scientifique du Collectif Covid-Stop, sur QUB radio:    

Des efforts remarquables

Plusieurs initiatives ont aussi émergé dans les derniers jours dans le but de convaincre le gouvernement de revenir sur sa décision.

« Ce sont les jeunes qui ont fait le plus d’efforts depuis quinze mois. Je pense que le gouvernement a fait ses devoirs. C’est une belle récompense », a résumé Jean-Philippe Gingras, père d’une jeune fille de 5e secondaire. 

– Avec Daphnée Dion-Viens