/news/green
Navigation

Des bateaux qui ne peuvent naviguer par manque d’eau

Les précipitations les plus basses depuis 2001 dans Lanaudière affectent le tourisme

lac Taureau
Photo courtoisie Au début juin, on pouvait voir de grandes plages de sable, ce qui est inhabituel.

Coup d'oeil sur cet article

Les plaisanciers pourraient voir leur saison tomber à l’eau sur l’un des plus importants lacs de Lanaudière en raison des niveaux d’eau les plus bas en 20 ans causés par le manque de précipitations. 

« Ça nous inquiète énormément », exprime le propriétaire de la marina Le Nautique IV, à Saint-Michel-des-Saints, Yan Chapdelaine, qui craint de perdre « la majorité » de sa saison.

Depuis plusieurs semaines, le niveau de l’eau sur le réservoir du lac du Taureau, l’un des plus imposants de la région, est exceptionnellement bas, laissant observer des paysages spectaculaires d’étendues de sable habituellement submergées par les quelque 7 pieds d’eau manquants.

La Municipalité de Saint-Michel-des-Saints a ainsi dû fermer l’accès à ses quatre descentes de bateau.

Roxane Simpson et Yan Chapdelaine, propriétaires de la marina Le Nautique IV à Saint-Michel-des-Saints, sont inquiets.
Photo courtoisie
Roxane Simpson et Yan Chapdelaine, propriétaires de la marina Le Nautique IV à Saint-Michel-des-Saints, sont inquiets.

Hydro-Québec, qui contrôle le niveau de l’eau du réservoir avec le barrage Matawin, soutient que c’est un déficit de 55 % de précipitations par rapport à la moyenne historique qui explique ce phénomène. Sur ce bassin versant, il faut remonter à 2001 pour retrouver une période aussi sèche en termes de pluie.

Ce déficit « anormal » a frappé plusieurs régions au nord du fleuve Saint-Laurent, observe le météorologue pour Environnement Canada Simon Legault.

« Pour combler cette quantité d’eau là, ça nous prendrait du très mauvais temps de façon prolongée, dit-il. On anticipe plutôt un mois relativement chaud et pas beaucoup de précipitations. Possiblement que le déficit va se creuser encore un petit peu. »

Normalement, le niveau d’eau du lac du Taureau devrait atteindre la peinture bleue en haut de ce poteau.
Photo courtoisie
Normalement, le niveau d’eau du lac du Taureau devrait atteindre la peinture bleue en haut de ce poteau.

Peut-être pas avant août

Selon Hydro-Québec, le niveau d’eau estival visé sur le lac du Taureau ne sera pas atteint avant la fin juillet, voire le début d’août.

Pour M. Chapdelaine et sa conjointe, Roxane Simpson, qui sont devenus propriétaires de la marina il y a un mois, c’est une première saison cauchemardesque qui s’annonce.

« Ça a un effet ricochet sur la vente d’essence, de glace et dans notre dépanneur et notre restaurant, énumère-t-il. Si c’est vraiment à cette date-là que ce sera navigable, ça aura de très grosses conséquences financières. »

« On fait la danse de la pluie », dit le maire de Saint-Michel-des-Saints, Réjean Gouin, qui s’attend à des impacts sur le tourisme.

Le coordonnateur à la Société de développement des parcs régionaux de la Matawinie, Francis Lacelle, souligne que 80 % des terrains de camping sont loués par des plaisanciers.

« C’est un solide enjeu économique. Les restaurants, le gaz et les dépanneurs vont moins rouler », pense-t-il.


Des données du ministère de l’Environnement montrent que le niveau de plusieurs cours d’eau du Québec frôle ceux les plus bas jamais enregistrés pour le début du mois de juin.