/entertainment
Navigation

Deux simulateurs de F-18 à Bagotville

Coup d'oeil sur cet article

Vous êtes-vous déjà imaginé dans la peau d'un pilote de F-18? Le Musée de la défense aérienne de Bagotville, à Saguenay, vient de se doter de deux simulateurs accessibles aux visiteurs pour faire vivre des sensations fortes aux plus braves. 

Une dizaine de missions sont offertes. Le journaliste de TVA Nouvelles a fait équipe mercredi avec l'humoriste Philippe Laprise pour deux missions: repousser des avions ennemis à Las Vegas, au Nevada, et un duel un contre l'autre dans le ciel de Dubaï, aux Émirats arabes unis. Dans ce dernier cas, les deux antagonistes ont écrasé leur appareil chacun de leur côté sans jamais s'atteindre une seule fois.

«J'avais mal au ventre quand je tournais mon avion, comme si mon cerveau me disait que j'étais réellement aux commandes!» s'est exclamé l'humoriste, après 30 minutes de jeu.

«C'est très réaliste, même si on n'expérimente pas la même force, et si on n'entend pas les mêmes alarmes que dans les vrais F-18!» a-t-il ajouté.

«Visuellement, l'effet est vraiment réussi», acquiesce le commandant de la base des Forces armées canadiennes, le colonel Normand Gagné.

Le participant porte le casque de réalité virtuelle. Il contrôle les manettes et dispose des indications sur sa vitesse, son altitude et la présence ennemie à l'écran.

«L'objectif, c'est de donner une sensation aux participants», a dit Yves Duperré, du Musée de la défense aérienne. «Une séance dure 20 minutes, et on peut opter pour des missions en solo ou en équipe», a-t-il détaillé.

Les deux simulateurs étaient attendus l'an dernier, mais la pandémie a retardé leur arrivée.

Et la performance du journaliste de TVA?

Le colonel Gagné lève les yeux au ciel.

«Des erreurs de débutant qu'on doit apprendre à reconnaître pour ne pas les répéter... Mais dans la réalité, quatre écrasements, ça aurait coûté plusieurs millions!»