/misc
Navigation

Fitzgibbon: la véritable éthique

Coup d'oeil sur cet article

Depuis une semaine, on analyse la démission de Pierre Fitzgibbon comme ministre de l’Économie seulement sous la question du conflit d’intérêts.

Voilà qu’il est devenu, à entendre certains, un martyr d’une éthique parlementaire abusive qui empêcherait les gens d’affaires de se lancer en politique. Victime également de l’entêtement d’une commissaire à l’éthique et de l’anticapitalisme de Québec solidaire, à entendre le premier ministre Legault.

Or, la question ne se résume pas à savoir s’il y a eu malversation ou conflit d’intérêts. La question est morale.

Nous avons eu, de 2018 à 2021, un ministre de l’Économie ayant des parts dans une entreprise basée dans un pur paradis fiscal, l’île de Guernesey.

Ses parts dans cette entreprise, nommée White Star Capital, lui appartiennent encore. Il n’avait jamais cru bon de s’en débarrasser jusqu’au moment où la pression populaire est devenue trop forte.

Comment un ministre de l’Économie pouvait-il légitimement administrer l’argent public, alors que lui-même possédait des avoirs, chez White Star Capital, bénéficiant d’un stratagème qui affaiblit brutalement l’État québécois depuis les années 80 ?

Comment, à la CAQ, a-t-on essayé de passer l’éponge, et espère-t-on maintenant son retour à la tête de l’économie québécoise ?

Affaires

Il y a quelque chose d’étonnant à entendre certains commentateurs et François Legault se demander si le code d’éthique est trop restrictif, s’il n’empêche pas les gens d’affaires de faire le saut en politique.

Je regarde le cabinet de la CAQ, et des gens d’affaires, il y en a. Aux dernières nouvelles, aucun d’entre eux n’a de liens, de près ou de loin, dans les paradis fiscaux, ou n’est en défaut du code d’éthique.

Alors, les problèmes que connaît aujourd’hui M. Fitzgibbon ne concernent que lui-même.

Faut-il davantage de gens d’affaires en politique ? Absolument, espérons-le.

Maintenant, a-t-on véritablement besoin du retour d’un homme politique qui trame, encore aujourd’hui, dans une entreprise qui se détourne du fisc québécois ?

Je tente une réponse : non.