/news/currentevents
Navigation

Mélissa Webb déclarée coupable de meurtre non prémédité

Mélissa Webb a tué David Frigon à l’automne 2019

Mélissa Webb déclarée coupable de meurtre non prémédité
Photo tirée de Facebook

Coup d'oeil sur cet article

Mélissa Webb a été reconnue coupable du meurtre non prémédité de David Frigon à l’automne 2019 dans un point de vente de stupéfiants du quartier Saint-Sauveur, à Québec.

Le jury a rendu son verdict mercredi soir après seulement une journée de délibérations devant le juge François Huot, au palais de justice de Québec.

Un peu après 20 h, plusieurs proches de la jeune femme de 26 ans étaient présents dans la salle d’audience au moment où le mot « coupable » a été prononcé. La victime est morte à l’âge de 42 ans.

Le jury qui a entendu la preuve avait le choix entre quatre verdicts. Les sept femmes et cinq hommes avaient à choisir entre coupable de meurtre au deuxième degré, coupable d’homicide involontaire, coupable de voies de fait armées ou encore l’acquittement. 

Onze journées d’audience ont été nécessaires lors du procès de la jeune femme de 26 ans. Mélissa Webb sera ramenée devant le tribunal demain matin pour les observations sur la peine.

Quiconque commet un meurtre au premier degré ou un meurtre au deuxième degré est coupable d’un acte criminel et doit être condamné à l’emprisonnement à perpétuité.

Entre 10 et 25 ans

Lorsqu’il s’agit d’un meurtre au premier degré, la période avant d’être admissible à une libération conditionnelle est établie à 25 ans. Lorsqu’il s’agit d’un meurtre au deuxième degré comme dans cette affaire, cette période peut se situer entre 10 et 25 ans.

La défense a déjà fait savoir qu’elle ne voyait pas de circonstances aggravantes pour justifier une période de plus de 10 ans. Le crime a été commis le 30 septembre 2019 dans une piquerie du 609 rue Napoléon.

Pour l’avocat de la défense, Me Sébastien Saint-Laurent, sa cliente Mélissa Webb a commis un acte illégal, à savoir qu’elle a « exhibé un couteau », mais jamais elle n’aurait eu l’intention d’en donner un coup à la victime.

Au procès, le pathologiste judiciaire a confirmé que la plaie ayant causé la mort de la victime se situait du côté gauche de l’abdomen. Cette plaie a été causée par un objet « piquant et tranchant », enfoncé dans le corps sur une longueur de 8,5 cm. 

Un seul coup s’est avéré fatal selon l’expert.