/news/society
Navigation

Première maison pour adultes autistes

Le concept « innovant » sera adapté aux besoins particuliers de ses habitants semi-autonomes

Coup d'oeil sur cet article

Une première maison d’hébergement permanent adaptée aux besoins de jeunes adultes autistes semi-autonomes accueillera officiellement ses premiers pensionnaires dès jeudi à Varennes. 

Le concept innovant de la maison Véro & Louis permettra à une vingtaine de jeunes adultes avec des besoins particuliers de s’épanouir dans un environnement adapté et bien encadré. 

« Ce qui nous parlait beaucoup, c’était le désarroi des familles, qui sont souvent à bout de souffle, épuisées, qui doivent sacrifier beaucoup pour s’occuper d’un adulte autiste à la maison », explique Véronique Cloutier, instigatrice du projet avec son conjoint Louis Morissette.  

Paix d’esprit  

Photo Pierre-Paul Poulin

Pour la jeune Marie-Christine, 25 ans, qui avait hâte de quitter le nid familial, le déménagement est une grosse étape. « Elle veut faire comme ses trois grandes sœurs : déménager, avoir sa propre maison. Elle veut son milieu à elle », soutient sa maman, Nathalie Ferland. Pour ses parents, c’est un soulagement de voir qu’elle pourra socialiser et grandir dans un milieu qui vise à soutenir les projets de vie de ses occupants. « Ça allège la transition. On sait qu’elle va être bien. On va continuer à faire beaucoup d’activités familiales ensemble », poursuit-elle. Une option qui les apaise beaucoup plus que celle d’envoyer leur fille en CHSLD, ajoutent-ils.   

  • Écoutez la chronique de Sophie Durocher avec Pierre Nantel sur QUB radio:

Des sacrifices  

Photo Pierre-Paul Poulin

Maman de deux adolescents autistes, dont un qui est non-verbal, et membre du conseil d’administration, Guylaine Guay était émue de voir la maison prendre vie. « On ne parle pas souvent des familles qui entourent les adultes autistes, mais souvent, un parent doit arrêter de travailler pour s’occuper de son jeune. Ça peut créer un isolement, de l’appauvrissement. Les parents demandent de l’aide quand ils sont en burn-out », souligne-t-elle. Elle espère que l’initiative « innovante » fera des petits partout dans la province pour offrir l’opportunité à plusieurs familles. « Pour moi, c’est important que mon jeune puisse vivre sa vie à lui, mais que je puisse continuer de vivre la mienne aussi », conclut-elle. 

Une maison tout adaptée 

Photo Pierre-Paul Poulin

La demeure a été pensée dans ses moindres détails pour accommoder ses jeunes occupants. Lumière diffuse et carreau d’insonorisation pour les hypersensibles, aire d’apaisement en cas de crise, deux salles à manger pour choisir entre un environnement plus calme ou plus passant : des experts ont été consultés avant chaque décision. Les jeunes auront chacun une chambre qu’ils pourront personnaliser et partageront leur salle de bain et un espace commun avec trois autres habitants, réunis selon les besoins.