/news/currentevents
Navigation

12e féminicide: Elle était émancipée avec une carrière florissante

PH-Facebook
Photo tirée de Facebook

Coup d'oeil sur cet article

Une proche et des gens ayant côtoyé professionnellement Lisette Corbeil, qui a été tuée mercredi par son ex, ont dressé un portrait élogieux de la femme connue en Montérégie pour ses nombreux engagements.

• À lire aussi: Contrecœur: une autre femme tuée par son ancien conjoint

• À lire aussi: Féminicide de Contrecœur: un ami du couple livre un courageux témoignage

• À lire aussi: 12e féminicide: Lisette Corbeil était «extraordinaire»

« Lisette était adorable, d’une grande douceur et d’une gentillesse », a confié Guylaine Ducharme.

Cette dernière a « le cœur en bouillie » depuis qu’elle a appris que sa cousine dont elle était proche a été assassinée par son ex-conjoint dans sa maison, à Contrecœur.

  • Écoutez la chronique de Félix Séguin au micro de Richard Martineau, sur QUB radio:   

La femme de 56 ans était très engagée dans sa municipalité, explique la mairesse Maud Allaire.

« Elle a percé dans un monde d’hommes, soit le secteur économique. Elle a fait beaucoup pour la société », soutient-elle.  

Dans un milieu d’hommes 

Pendant plusieurs années, Mme Corbeil a occupé le poste de directrice au développement économique et touristique de la Ville de Contrecœur. 

« Il faut comprendre [qu’elle] était une femme émancipée, une femme de tête, une femme de carrière qui a fait sa place et qui était capable de s’affirmer », a aussi dit la mairesse à LCN.  

« C’est une femme intelligente qui a défoncé des plafonds de verre », a poursuivi Mme Allaire. 

Celle qui est tristement devenue la 12e victime d’un féminicide au Québec travaillait maintenant comme directrice des projets stratégiques pour la Chambre de commerce et d’industrie de la Rive-Sud.

« Sa présence, son sourire et sa grande générosité nous manqueront au quotidien. [...] Nous ne le répéterons jamais assez, des actions immédiates sont nécessaires afin d’éviter que d’autres femmes soient victimes de telles tragédies », a écrit l’organisme sur Facebook.

Pas de profil typique

L’histoire de Lisette Corbeil rappelle que « la violence conjugale ne fait aucune discrimination », explique Maud Pontel, coordonnatrice à l’Alliance MH2.

  • Écoutez la chronique de Geneviève Pettersen avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:  

« La violence conjugale peut toucher tout le monde. On ne parle pas simplement de femmes sans revenus, sans carrière ou isolées. C’est que les agresseurs se retrouvent dans tous les milieux sociaux et économiques », soutient-elle.


SI VOUS AVEZ BESOIN D'AIDE

Ligne québécoise de prévention du suicide  

  • www.aqps.info  
  • 1 866 APPELLE (277-3553)                                

SOS violence conjugale  

À VOIR AUSSI: