/world/europe
Navigation

Des détenus russes construiront une ligne ferroviaire comme au temps du Goulag

Disappeared in the horizon line tracks.
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Des détenus d'Extrême-Orient russe bâtiront la deuxième portion de la voie ferrée Magistrale Baïkal-Amour (BAM), construite en partie par les prisonniers du Goulag, selon l'accord conclu jeudi entre les services pénitentiaires et une société de construction. 

« Un accord d'intention a été signé pour utiliser la main d'oeuvre des condamnés et créer un site qui fonctionne comme un centre correctionnel », a indiqué un porte-parole des services pénitentiaires russes (FSIN), cité par l'agence Ria Novosti.

Un responsable de la société de construction Bamstroïmekhanizatsiya, Alexandre Tchernoïarov, a lui expliqué que l'entreprise était confrontée à « une grave pénurie de main d'oeuvre » en raison de l'ampleur du chantier et de la pandémie qui a tari le flux de travailleurs migrants.

L'armée avait annoncé en avril qu'elle contribuerait à la modernisation du BAM mais selon les médias russes, elle ne peut fournir que 3000 bras alors qu'environ 15 000 postes sont vacants.

Le BAM a été construit en partie par des prisonniers du Goulag soviétique, toute une section de ce dernier y étant consacrée: le « Bamlag ». Il traverse sur plus de 4 000 km la Sibérie jusqu'aux côtes de la mer du Japon, sur des sols en grande partie gelés toute l'année.

Selon des chiffres officiels cités par le quotidien économique Vedomosti, près de 40 000 prisonniers sont morts en construisant la ligne dans les années 30 mais de nombreux chercheurs jugent ce chiffre sous-estimé. 

Il s'agissait d'un des projets les plus grandioses de l'URSS, qui fut aussi un gouffre financier sans fond. 

La deuxième branche de cette voie ferrée doit faire 340 km et le début des travaux a été annoncé au printemps. La modernisation du BAM, annoncée de longue date, fait partie des objectifs de développement des chemins de fer russes à horizon 2025.

En mars, le FSIN avait déjà dit envisager de mobiliser des condamnés pour le nettoyage de la pollution dans des territoires de l'Arctique.