/news/green
Navigation

Le temps chaud inquiète les cultivateurs

Coup d'oeil sur cet article

La chaleur des derniers jours et le manque de précipitations suscitent de vives inquiétudes chez les producteurs maraîchers de la région de l'Estrie, qui craignent pour la récolte de leurs cultures.

• À lire aussi: QScale: les milliards du mariage agriculture-techno

Certains sont forcés d'irriguer l’eau d’un étang alimenté à partir d'un puits, pour éviter la sécheresse de leurs sols.

La canicule terminée, les travailleurs de la ferme St-Élie se réjouissent du retour des températures plus clémentes.

Les propriétaires quant à eux, continuent d'espérer la pluie.

L'irrigation est une méthode coûteuse, en temps et en argent.

Signe des faibles précipitations, normalement, l'eau de ruissellement suffit pour assurer la croissance des plants d'ails, mais pas cette année.

Cette sécheresse printanière commence aussi à inquiéter le propriétaire de la ferme Wera.

Le niveau de la rivière Massawippi où il puise son eau s'abaisse de jour en jour.

Certaines cultures comme l'avoine et les poireaux manquent cruellement d'eau.

Les producteurs rencontrés disent avoir reçu le quart des précipitations habituelles pour la période de l'année.

Et les prévisions à moyen terme sont loin de les rassurer.

À VOIR AUSSI