/news/health
Navigation

Les soins intensifs de l'Hôpital de Chicoutimi sur le point de craquer

Coup d'oeil sur cet article

Comme dans presque tous les secteurs, le département des soins intensifs de l'Hôpital de Chicoutimi manque cruellement de personnel. Tellement, qu'on ignore, pour le moment, comment maintenir les services en fonction durant la fin de semaine.

• À lire aussi: Chirurgies: Québec veut rattraper le retard d’ici 2023

Depuis le mois de mai, le département a enregistré sept départs, dont quatre seulement la semaine dernière. En plus des démissions, plusieurs employés sont déjà en congé de maladie soit pour épuisement professionnel ou pour d'autres problèmes de santé, puis on ajoute aussi des congés de maternité.

«Qu'on parle de départs en congé de maladie, de retraits préventifs en raison d'une maternité ou d'autres raisons, toute la pression se retrouve sur le personnel qui reste en poste», a expliqué la présidente du Syndicat des professionnelles en soins du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Julie Bouchard.

À court terme, les autorités de la santé travaillent à pied d'œuvre pour recruter du personnel d'autres établissements de la région ou d'ailleurs au Québec pour, au moins, assurer un service cette fin de semaine.

«Une autre solution qui a été envisagée, c'est de transférer les patients actuellement aux soins intensifs dans les grands centres comme Québec ou Montréal, a souligné la conseillère en communication du CIUSSS du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Joëlle Savard. Malheureusement, pour le moment, les conditions médicales ne permettent pas de transfert.»

En dernier recours, il pourrait y avoir des interruptions de services pour pouvoir avoir le personnel nécessaire aux soins intensifs.