/news/politics
Navigation

Québec forte et fière: Catherine Morissette s’en prend à l'«ego» de ses adversaires politiques

Catherine Morissette veut un développement ordonné

Bruno Marchand, chef de Québec forte et fière, a présenté jeudi sa candidate dans le district des Monts, à Charlesbourg, Catherine Morissette.
Photo Taïeb Moalla Bruno Marchand, chef de Québec forte et fière, a présenté jeudi sa candidate dans le district des Monts, à Charlesbourg, Catherine Morissette.

Coup d'oeil sur cet article

À peine confirmée à titre de candidate au poste de conseillère municipale pour Québec forte et fière (QFF), l’avocate et ancienne députée adéquiste Catherine Morissette s’est rapidement attaquée à « l’ego » démesuré de ses adversaires politiques.

« Je voulais me présenter aux côtés d’un vrai leader [Bruno Marchand, chef de QFF] pour qui le travail d’équipe est une priorité et qui n’a pas besoin de voir son ego briller au soleil en nommant un parti à son nom », a-t-elle décoché, hier matin.

Celle qui sera candidate dans le district des Monts, à Charlesbourg, a confirmé viser tout autant « Équipe Labeaume » (devenue « Équipe Marie-Josée Savard ») que « Québec 21 — Équipe JF Gosselin » comme leurs noms respectifs apparaissent chez le Directeur général des élections (DGE) et sur les bulletins de vote. 

Mme Morissette, dont la candidature a été révélée dans l’édition de lundi du Journal, a ajouté que ses relations avec son cousin et futur adversaire politique, Jean-François Gosselin, sont « inexistantes » et qu’elle ne lui a plus adressé la parole depuis 2012.  

Centre-ville et banlieues

Interrogée sur ses priorités électorales pour le district où elle se présente, Catherine Morissette a évoqué l’enjeu du développement domiciliaire. « Il faut chercher un bel équilibre. Il ne faut pas que ça se fasse de façon désordonnée », a-t-elle insisté.  

La candidate de 42 ans a aussi déploré « l’approche de l’administration [municipale] actuelle qui a été beaucoup axée sur la perception que les banlieues servent surtout à renflouer les coffres de la Ville avec leurs comptes de taxes ».

D’après elle, « le centre-ville a reçu beaucoup d’attention, avec raison, mais cela n’aurait pas dû se faire au détriment des couronnes et des espaces verts ».  

Tramway

Par ailleurs, Bruno Marchand a réitéré son appui au tramway. S’il est élu maire, il a promis qu’il ne touchera ni au tracé ni au processus d’approvisionnement. Par contre, il assure qu’il communiquera mieux avec la population.