/sports/hockey
Navigation

Une victoire encourageante pour le hockey féminin

Une victoire encourageante pour le hockey féminin
MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

La hockeyeuse Marie-Philip Poulin est revenue de Calgary, il y a une dizaine de jours, après avoir aidé la formation de Montréal à triompher en finale de la Secret Cup. Jeudi, elle a assisté à une victoire bien différente, mais pas moins encourageante pour le hockey féminin au Québec lorsqu’une subvention de 375 000 $ a été annoncée pour le Centre de haute performance de hockey féminin situé dans l'arrondissement de Verdun.

«Ça donne de l’espoir, a commenté l’athlète de 30 ans, qui a déjà remporté trois médailles, dont deux d’or, aux Jeux olympiques. De voir cette maison du hockey qui est créée ici à Verdun, c’est quelque chose qui est incroyable. Ça démontre que le hockey féminin est en train de grandir. Ça donne [le goût de vouloir] continuer encore plus, non seulement pour nous, les joueuses actuelles, mais aussi pour la nouvelle génération.»

La ministre déléguée à l’Éducation et responsable de la Condition féminine, Isabelle Charest, était au cœur de cette annonce, tout comme la directrice générale du Centre de performance, Danièle Sauvageau.

Fondé en 2019, le Centre 21.02 – dont le nom souligne la première médaille d’or remportée par l’équipe nationale féminine aux Jeux olympiques de Salt Lake City en 2002 – pourra notamment compléter, grâce à la subvention, la mise en place d’un vestiaire professionnel, d’une clinique médicale et d’un centre de visionnement technologique pour les joueuses.

Encore du chemin à faire

Déjà, plusieurs membres de l’équipe nationale, dont Poulin, ont profité des installations pour s’entraîner jusqu’à cinq fois par semaine. Les améliorations continueront de servir à ces hockeyeuses, mais aussi aux joueuses de la relève. Dans une prochaine phase, un programme sport-études risque d’ailleurs de voir le jour au Centre de perfectionnement.

«On parle d’environ 6000 jeunes filles qui jouent au hockey au Québec, contrairement à près de 50 000 en Ontario», a souligné au passage Danièle Sauvageau, jeudi, durant la conférence de presse, laissant savoir que la situation pourrait encore s’améliorer considérablement.

Dans les autres dossiers à suivre, l’Association des joueuses de hockey professionnel (PWHPA), qui avait d’ailleurs organisé la Secret Cup, travaille toujours à mettre en place une nouvelle ligue féminine. Celle-ci comptera éventuellement une équipe à Montréal.

D’ici là, Poulin et ses comparses de l’équipe nationale entameront sous peu leurs préparatifs en vue des Jeux olympiques de Pékin, en 2022. Les joueuses de la formation nationale se rassembleront effectivement à Calgary à compter du 23 juillet.