/entertainment/tv
Navigation

«Au Québec, je suis un des seuls journalistes autochtones en ondes» - Michel Jean

ART-MICHEL-JEAN
Photo Agence QMI, Joël Lemay Michel Jean

Coup d'oeil sur cet article

Les écrits de Michel Jean voyagent et sont salués tant ici qu’ailleurs. Le journaliste et chef d’antenne de TVA fait de plus en plus de place à l’auteur, qui met souvent en lumière les siens, les Autochtones... 

En 2016 paraissait «Amun», le tout premier collectif québécois de nouvelles autochtones initié par Michel Jean. Aujourd’hui, les Premières Nations ont un criant besoin de se faire entendre, et cet Innu de la communauté de Mashteuiatsh a bien l’intention de les aider!

Sous sa direction vient d’être publié «Wapke» - qui signifie «demain» en langue atikamekw -, un autre recueil de nouvelles, d’anticipation celles-là, signées par divers artistes autochtones. Parmi les auteurs, Michel, bien sûr, mais aussi Joséphine Bacon, Elisapie Isaac et Natasha Kanapé Fontaine.

«Ça permet d’avoir le point de vue des autochtones sur des questions environnementales, sociales et politiques à travers des fictions, explique-t-il. J’ai été surpris par la qualité des textes.»

Une deuxième vie

«Elle et nous», paru en 2012, a été le tout premier livre de Michel Jean sur des autochtones. Il y parle de sa grand-maman. On vient de le rééditer sous le titre «Atuk, elle et nous».

«À l’époque, ma cousine France voulait que je donne au livre un titre en langue innue, et moi, je ne voulais pas parce que je me disais que des gens ne voudraient pas le lire à cause de ça.»

Mais aujourd’hui, avec le succès de «Kukum» et le désir de son éditrice de republier «Elle et nous», qui est un peu la suite, Michel a eu envie de le retitrer «Atuk», qui est le nom qu’avait sa famille avant qu’on ne le francise pour Siméon. Ça signifie «caribous».

Nul n’est prophète en son pays

Michel Jean écrit depuis plus d’une décennie, et 11 livres portent sa signature. Pourtant, c’est «Kukum», paru en 2019, qui l’a révélé au grand public. On dit que nul n’est prophète en son pays. Le rayonnement mondial de ce roman sur son arrière-grand-mère innue, Almanda Siméon, l’a fait passer de journaliste qui écrit des livres à auteur en bonne et due forme.

Le livre a reçu le Prix littéraire France-Québec 2020, s’est classé parmi les romans québécois les plus vendus ici, l’an dernier, et a remporté le Combat national des livres de la Première chaîne, en mai. «Kukum» est distribué dans de nombreux pays à l’étranger.

«Cette histoire-là est universelle. Je parle de mon arrière-grand-mère et de ma famille mais, à travers ça, je raconte une histoire plus large. Et je me rends compte que lorsque je parle à des journalistes français ou allemands, ce qui les intéresse, ce n’est pas l’histoire de ma famille, mais plutôt de la population autochtone en général.»

Une série télé

S’il a décidé, un jour, de braquer l’attention sur les siens, c’est qu’il a constaté qu’on ne les voyait presque nulle part dans les médias.

«Au Québec, je suis un des seuls journalistes autochtones en ondes.»

En ce moment, Michel travaille à l’adaptation télévisuelle de «Kukum».

«Quand des producteurs ont acheté les droits, ils m’ont demandé si je préférais qu’ils en fassent un film ou une série télé. Faire un film, c’est le fun, parce que ça peut être vu dans des festivals à travers le monde, mais j’étais plus intéressé qu’on en fasse une série télé pour que les gens qui sont dans les communautés autochtones puissent la voir. Ça aura plus d’impact pour eux. Ils vont se regarder et se reconnaître.»

Comment un urbain peut-il parler si bien de nomadisme?

«Parce que ç’a toujours été présent chez moi. J’ai été élevé avec ma grand-mère qui, même vieille, pouvait partir, l’été, pour aller passer deux mois dans le bois avec ses sœurs, avec pratiquement rien, se souvient-il. Moi, je ne peux pas vivre comme on vivait avant, mais je peux préserver une partie de ce qu’il y avait et l’intégrer dans ma vie d’aujourd’hui.»

Le recueil de nouvelles Wapke ainsi que la réédition d’Atuk, elle et nous sont actuellement offerts dans toutes les librairies et sur les plateformes d’achat de livres en ligne.