/world/america
Navigation

Brésil: Bolsonaro acclamé et hué dans un avion

Brésil: Bolsonaro acclamé et hué dans un avion
AFP

Coup d'oeil sur cet article

BRASILIA | S’il fallait une preuve supplémentaire que le président brésilien Jair Bolsonaro est un dirigeant très clivant, elle a été fournie vendredi par les passagers d’un vol commercial qui, devant, ont pris des égoportraits avec lui, et derrière, l’ont copieusement hué.

• À lire aussi: Nouvelles manifestations anti-Bolsonaro au Brésil

En tournée dans l’État méridional d’Espirito Santo pour l’inauguration de travaux d’infrastructure dans un aéroport, le président d’extrême droite a fait une apparition surprise à l’entrée d’un avion commercial qui s’apprêtait à décoller.

Les passagers à l’avant étaient tout sourire et Jair Bolsonaro s’est livré dans la bonne humeur aux égoportraits avec certains d’entre eux ou des membres d’équipage acquis à sa cause.

Ce sont les scènes que l’on voit sur une vidéo postée sur son compte officiel Twitter.

Mais sur d’autres vidéos publiées sur les réseaux sociaux, on voit des passagers faire un doigt d’honneur au chef de l’État tout en criant «Dehors, Bolsonaro!» et «fou génocidaire!»

Le président a été accusé de «génocide» ces derniers mois par ses opposants pour sa gestion jugée irresponsable de la crise sanitaire du Covid-19, qui a tué plus de 480 000 personnes au Brésil, le pire bilan au monde après les États-Unis.

Répondant à ses détracteurs, Jair Bolsonaro a enlevé son masque pour lancer: «Ces gens qui crient “Bolsonaro dehors”, devraient plutôt voyager à dos d’âne».

Les médias brésiliens ont rapporté que le président avait également tombé le masque de protection à l’aéroport, en violation des règlementations sanitaires en vigueur.

Interrogé par l’AFP sur cet incident qui est vite devenu le plus commenté sur Twitter au Brésil avec le mot-clé #Bolsonaro dehors!, le bureau de la présidence n’avait pas réagi dans l’immédiat.

Jair Bolsonaro n’a eu de cesse de critiquer les masques et les confinements et restrictions imposés par les gouverneurs et maires du pays afin d’endiguer l’épidémie. Il a par ailleurs vanté avec constance les mérites de l’inefficace chloroquine.

Le taux de popularité du président a fortement baissé à mesure que progressait le nombre de morts du coronavirus.

Ses opposants ont lancé des appels à manifester dimanche, jour du match d’ouverture de la Copa America, grand championnat de football latino-américain.

Bolsonaro a accueilli ce tournoi à bras ouverts après les défections de l’Argentine et de la Colombie, très touchées elles aussi par l’épidémie, et malgré les avertissements des épidémiologistes sur l’arrivée imminente d’une troisième vague.