/news/health
Navigation

Enfin du renfort aux soins intensifs de Chicoutimi

Coup d'oeil sur cet article

Aux prises avec une pénurie de personnel, à la suite de la démission de sept employés depuis la mois de mai, les soins intensifs de l’Hôpital de Chicoutimi vont enfin recevoir du renfort.

• À lire aussi: Les soins intensifs de l'Hôpital de Chicoutimi sur le point de craquer

C'est le personnel du département qui était en congé ainsi que le personnel d'autres secteurs d'activité qui viendra combler les quarts de travail en fin de semaine.

Un patient a déjà été transféré vers Québec jeudi soir par manque de main d'œuvre. Même si aucun autre transfert n'est prévu pour le moment, «il est possible dans les prochaines heures que des cas cliniques soient transférés vers Québec ou Montréal, comme on le voit dans plusieurs situations», a indiqué la présidente-directrice générale adjointe du Centre intégré de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Julie Lavoie.

La situation est donc viable pour la fin de semaine, mais les autorités de la santé voudraient bien combler tous les quarts de travail.

La recherche de personnel dans d'autres établissements autant dans la région qu'à l'extérieur se poursuit toujours.

Les enseignants et ainsi que les retraités ont aussi été appelés en renfort.

De son côté, Martine Côté, une infirmière retraitée du département de soins intensifs de l'Hôpital de Chicoutimi, estime qu’elle ne se sentirait pas à l'aise de revenir dans le réseau: «Pour des retraités, même après deux ans selon moi, ça prendrait un rafraichissement. Par exemple, les femmes qui partent en congé de maternité, ça leur prend une formation de rafraichissement en revenant parce que tout change tellement vite aux soins intensifs», a expliqué Mme Côté qui est aussi l’ex-présidente du Syndicat des professionnelles en soins du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Selon elle, une formation de cinq semaines est requise pour être fonctionnel aux soins intensifs.

À long terme, l'administration n'aura d'autre choix que de réviser son offre de service en considérant le nombre de bras disponibles. Aucune rupture de services n'est cependant envisagée.