/sports/hockey
Navigation

Nathan MacKinnon n’en peut plus de perdre

Nathan MacKinnon n’en peut plus de perdre
AFP

Coup d'oeil sur cet article

L’attaquant de l’Avalanche du Colorado Nathan MacKinnon était visiblement débiné et en colère après l’élimination des siens aux mains des Golden Knights de Vegas, jeudi soir.

• À lire aussi: Le Canadien a rendez-vous avec les Golden Knights

• À lire aussi: Le trophée Clarence-S.-Campbell au Canadien?

«Je me dirige vers ma neuvième saison (dans la Ligue nationale) l’an prochain et je n’ai toujours rien gagné», a clamé le tout premier choix du repêchage de 2013, lors des conférences de presse qui ont suivi le match.

Les «Avs» ont baissé pavillon en six matchs contre le club du Nevada, et ce, après avoir remporté les deux premiers duels de cette série du deuxième tour. La formation du Colorado avait également fini la saison régulière au sommet du classement général du circuit Bettman.

«Je suis définitivement motivé, mais c’est juste horrible de perdre quatre matchs de suite contre une équipe», a dit MacKinnon.

«J’ai l’impression que nous avions notre première chance de gagner l’an passé et je trouve que nous étions la meilleure équipe de la ligue cette année, a-t-il ajouté. Mais pour je ne sais quelle raison, nous n’y arrivons pas. Je suis persuadé que l’an prochain, au camp d’entraînement, nous aurons des réponses, pris le temps de penser à tout ça et que nous allons revenir en force.»

Le jour de la marmotte

Il n’y avait pas seulement MacKinnon qui avait le moral dans les talons après la troisième défaite consécutive de l’Avalanche en deuxième ronde des séries éliminatoires. Colorado n’a d’ailleurs pas atteint les demi-finales depuis la campagne 2001-2002.

«C’est très difficile de trouver du positif dans tout ça, car personne ne veut juste jouer une bonne saison régulière et perdre au deuxième tour, a exprimé l’attaquant Mikko Rantanen. Je sais que chacun d’entre nous veut gagner et nous travaillons fort pour ça. En ce moment, c’est difficile de voir le verre à moitié plein.»

En bon capitaine, Gabriel Landeskog a tout de même tenu à exprimer son amour pour ses coéquipiers, même s’il était dans le même état d’esprit qu’eux.

«Je suis vraiment fier du groupe que nous avons et fier de la saison que nous avons connue, a-t-il affirmé. Nous ne serons évidemment jamais satisfaits ou heureux tant que nous n’atteindrons pas le dernier match d’une saison. Dans cette optique, c’est difficile.»