/sports/hockey
Navigation

Tuukka Rask veut rester à Boston, mais sera absent longtemps

Tuukka Rask veut rester à Boston, mais sera absent longtemps
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Tuukka Rask, qui pourrait devenir joueur autonome sans compensation prochainement, ne veut pas jouer pour une autre équipe que les Bruins de Boston. Il ne sera toutefois pas en mesure de garder les buts avant 2022. 

• À lire aussi: Barry Trotz en parfait contrôle

• À lire aussi: Le courage de Tuukka Rask souligné dans la défaite

C’est ce que le vétéran de 34 ans a indiqué vendredi, lors du bilan de fin de saison de son équipe.

«Je ne veux pas jouer pour aucune autre équipe que les Bruins, a clamé le Finlandais. C’est notre maison. Nous avons trois enfants qui ont des amis à l’école. Je ne vois pas aucune bonne raison d’aller ailleurs à ce moment dans ma carrière.»

S’ils veulent toujours de lui, les Bruins devront toutefois accepter le fait que Rask ne sera pas capable de jouer avant janvier ou février 2022. Le gardien a annoncé qu’il allait passer sous le bistouri pour régler un problème avec l’une de ses hanches et qu’il devra être en convalescence pour environ huit mois.

«Mentalement, je suis prêt à revenir. Espérons que physiquement ça se passe bien. J’envisage un retour en janvier ou en février.»

Et si jamais l’état-major du club de Boston décidait de passer à autre chose?

«Je pourrais peut-être retourner à la maison et jouer en Finlande, a-t-il répondu à cette difficile question. Je suis le copropriétaire d’une équipe là-bas. Qui sait?»

Du support

Clairement affecté physiquement pendant les séries, Rask a tout de même maintenu un dossier de 6-2-2, une moyenne de buts alloués de 2,36 et un taux d’efficacité de ,919.

Lors du dernier match de la série de deuxième ronde contre les Islanders de New York, un revers de 6 à 2, il a permis quatre buts sur 27 tirs et n’a pas disputé la troisième période.

Reconnus pour leur intransigeance, les partisans des Bruins ont été très sévères par rapport aux performances de Rask.

«Il y a une raison pour laquelle je ne lis pas ce qui se dit sur les médias sociaux ou dans les médias, a dit le gardien à propos de cette situation. Tout le monde a le droit de dire ce qu’il désire. Quand je sors en ville, j’ai l’impression que les gens me supportent. Ce n’est pas comme si j’allais à l’épicerie et que les gens me lançaient des œufs.»

Le cas Taylor Hall

Les Bruins auront une saison morte des plus chargées à l’été 2021. En plus de Rask, plusieurs autres athlètes pourraient devenir joueurs autonomes sans compensation. C’est notamment le cas des attaquants Taylor Hall, David Krejci, Sean Kuraly, ainsi que des défenseurs Kevan Miller et Mike Reilly.

Le cas de Hall retiendra assurément l’attention, lui qui était considéré comme le joueur autonome le plus attrayant l’an dernier. À l’époque, il avait paraphé un contrat d’un an d’une valeur de huit millions $ avec les Sabres de Buffalo. Il a été obtenu par les Bruins, via une transaction effectuée en avril dernier.

«Présentement, je ne cherche pas absolument à maximiser ma valeur, a affirmé Hall, répétant que Boston semble être une bonne formation pour lui. Je cherche plus un bon endroit pour moi que de l’argent. Je veux juste trouver un bon endroit pour m’établir pour les prochaines années.»

Avec les Bruins, le premier choix au total du repêchage de 2010 a amassé 14 points (8-6) en 16 rencontres de la saison régulière. Il a toutefois été moins productif en séries éliminatoires, lui qui a été limité à trois buts et deux aides pour cinq points en 11 sorties.