/news/currentevents
Navigation

Un inspecteur du SPVM poursuit un collègue

Le haut gradé le tient responsable de sa suspension

GEN - PROCÈS DE IMAD SAWAYA
Photo d’archives, Martin Alarie

Coup d'oeil sur cet article

Déjà devant les tribunaux pour forcer sa réintégration, un inspecteur de la police de Montréal, suspendu depuis plus de trois ans, poursuit maintenant pour 400 000 $ un collègue qu’il tient responsable de ses malheurs.

« Par les agissements fautifs du défendeur, il s’est vu totalement privé de son droit fondamental de travailler afin de jouer un rôle utile au sein de la société », indique la poursuite récemment intentée par Imad Sawaya contre le policier retraité Roch De Roy, au palais de justice de Laval.

M. Sawaya, qui a été chef de cabinet de l’ex-directeur du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), Philippe Pichet, est payé pour rester chez lui à ne rien faire depuis octobre 2017, en raison d’une suspension pour des allégations de fraude et d’abus de confiance. Il a été blanchi en avril 2020, mais sa réintégration tarde.

Selon le policier, sa suspension découle d’une « banale erreur » de la Ville de Montréal en lien avec sa rémunération, mais qui a depuis été réglée. 

Or, durant une crise interne, en 2017, M. De Roy aurait mentionné le dossier à la Sûreté du Québec, sans préciser que l’affaire avait été réglée.

Disant avoir fait les frais de cette dénonciation, M. Sawaya demande ainsi réparation, lui qui dit avoir vécu des sentiments de honte et d’injustice, entre autres. 

À moins d’un règlement à l’amiable, le dossier sera prochainement présenté à un juge de la Cour supérieure du Québec.

– Avec Diane Meilleur