/news/society
Navigation

Victoria: la diffusion de la fête du Canada annulée après la découverte de Kamloops

Victoria: la diffusion de la fête du Canada annulée après la découverte de Kamloops
AFP

Coup d'oeil sur cet article

La Ville de Victoria, en Colombie-Britannique, a décidé jeudi d’annuler la retransmission de la fête du Canada et de la remplacer par une émission de réflexion sur l’histoire du pays, à la lumière de la récente découverte de 215 corps d’enfants du pensionnat autochtone de Kamloops. 

• À lire aussi: Pensionnats autochtones au Canada: le pape exprime sa «douleur», mais il ne s’excuse pas

• À lire aussi: Pensionnats autochtones: les douloureux souvenirs d'une survivante

• À lire aussi: Pensionnats autochtones: Trudeau sermonne l’Église catholique

Le Conseil municipal de la capitale de la province a ainsi voté à l’unanimité en faveur de la modification de la célébration traditionnelle du 1er juillet, a indiqué la Ville par voie de communiqué, jeudi.

«Alors que les Premières Nations sont en deuil et à la lumière du moment difficile dans lequel nous vivons en tant que nation canadienne après la découverte de 215 enfants dans un ancien pensionnat, le Conseil a décidé de prendre le temps d’explorer de nouvelles possibilités, au lieu de la diffusion virtuelle prévue de la fête du Canada», a expliqué la mairesse de Victoria, Lisa Helps.

L’émission de remplacement sera donc diffusée plus tard cet été et sera produite en collaboration avec les Premières Nations de Lekwungen.

La décision du Conseil municipal est intervenue après que des membres du peuple Lekwungen ont décidé de ne pas participer aux célébrations du 1er juillet en raison du traumatisme causé par les récents événements, selon Global News.

«C’était difficile, tout comme la réconciliation est un travail difficile et des conversations difficiles et aux prises avec les réalités du passé colonial — et dans certains cas génocidaire — du pays», a précisé la mairesse aux médias.

Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que la Ville de Victoria prend une décision de ce genre, la capitale ayant déjà retiré une statue du premier ministre John A. Macdonald, l’un des fondateurs des pensionnats autochtones, à l’extérieur de son hôtel de ville en 2018, préférant la remplacer par une plaque.