/misc
Navigation

Joe Biden sauvera-t-il la démocratie américaine?

Joe Biden sauvera-t-il la démocratie américaine?
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Biden présente sa tournée européenne actuelle comme un effort pour rallier les démocraties du monde autour des États-Unis. À Moscou, on se gausse de ses propos: pas de leçons de démocratie à donner. Pour les Russes, la démocratie américaine «boite des deux pieds», allusion à l’insurrection du Capitole du 6 janvier. Les alliés européens de Biden sont, quant à eux, perplexes face aux développements politiques à Washington. Près de 64% des républicains pensent que Biden n'est pas leur président légitime.

Le fait est que la démocratie américaine a survécu de justesse aux élections de 2020 et à ses séquelles insurrectionnelles. Ne l'oubliez pas, Trump a obtenu 74 millions de voix après la présidence la plus erratique et insensée de l’histoire des États-Unis. Il a réussi à empêcher les démocrates de prendre le Sénat et à donner aux républicains 11 sièges de plus à la Chambre des représentants. Les démocrates s’y sont retrouvés avec la majorité la plus mince en 20 ans. Le GOP a besoin d'un gain de seulement cinq sièges pour prendre la Chambre et d'un seul pour contrôler le Sénat.

Les républicains sont donc très bien placés pour s’emparer de la Chambre aux élections de mi-mandats de 2022. Ils dominent une majorité des assemblées d'État et peuvent ainsi avoir la mainmise sur le processus de redécoupage des circonscriptions (gerrymander) et de certification des électeurs. Ils s’affairent actuellement à réécrire les règles pour empêcher des élections équitables dans les dizaines d'États qu’ils contrôlent.

Les démocrates ont deux ans pour montrer que le trumpisme est une aberration. Malheureusement, il y a de bonnes raisons de craindre son retour en force. Et ce sera bien pire la prochaine fois. Imaginez la rage de vindicte de cet individu détraqué sans foi ni loi.

Le programme de Biden et des démocrates améliorerait la vie des Américains ordinaires et renforcerait la démocratie. Mais ils seront incapables politiquement de tenir leurs promesses à leurs électeurs désabusés. C’est que la démocratie américaine, il faut le rappeler, est en grande partie financée et contrôlée par le big business et une cabale de financiers. Et les règles archaïques qui la paralysent (collège électoral, mandat des juges de la Cour Suprême, etc.) sont pratiquement impossibles à réformer.

Mais la plus grande menace pour la démocratie aux États-Unis est le Parti républicain lui-même, l'une des organisations politiques les plus à droite et les plus folles du monde développé. Un refuge pour les dingues de QAnon, les cinglés du complot antivax et les partisans de la suprématie blanche qui nient les changements climatiques. Le GOP n'a pas de programme politique, à part réduire les impôts des riches et rendre le vote des minorités plus difficile.

Près de trois républicains sur dix pensent que Trump sera de retour à la Maison-Blanche cette année. Appelant sa défaite «le crime du siècle», Trump dit qu’il sera de retour à la Maison-Blanche dès le mois d’août. Il se concentre actuellement sur des recomptages de votes dans plusieurs États. C’est son idée fixe. Les élucubrations de Trump sur les élections volées de 2020 sont de plus en plus insensées. Pas surprenant, compte tenu de ses nombreux problèmes de santé mentale.

La rhétorique violente de la droite américaine s’amplifie de manière alarmante. Pour un nombre croissant de républicains, le 6 janvier n'était qu'une répétition générale.

Ses partisans discutent de coup d'État pour le ramener au pouvoir. Ça pourrait être la seule façon d’éviter des peines de prison à Trump, à des membres de sa famille et à certains de ses associés.

Son ancien conseiller à la sécurité nationale, Michael Flynn, à qui il a accordé la grâce présidentielle pour lui éviter la prison, a déclaré qu'un coup d'État à la birmane «devrait avoir lieu ici», avant de prétendre qu’on avait «tordu» ses propos.

Je crains que Biden et les démocrates ne puissent contenir le tsunami de mensonges trumpiens contre lesquels le discours politique rationnel et le bon sens n'ont aucune prise.

Espérons que la présidence de Joe Biden ne soit pas qu’un simple intermède dans la régression vers un autoritarisme trumpiste de la démocratie américaine. Son avenir se joue actuellement.