/world/opinion/columnists
Navigation

Biden-Poutine: simple sommet ou rendez-vous avec l’Histoire?

Coup d'oeil sur cet article

Il y a de ces rencontres qui vont au-delà du moment précis où elles se tiennent, tels les face-à-face entre leaders russes et américains. Ils font écho à des sommets qui ont changé le cours de l’histoire et sont porteurs de conséquences qu’on ne perçoit souvent qu’après coup. D’où la fascination pour le premier tête-à-tête Biden-Poutine, mercredi.

La Maison-Blanche insistait au cours des dernières semaines sur l’importance des étapes initiales du premier voyage à l’étranger du président Biden. Et sans aucun doute, le sommet du G7 en Angleterre a abordé des enjeux graves : la lutte à la pandémie, la vaccination mondiale ou encore la relance économique planétaire. 

Ce ne sera pas plus léger lundi au sommet de l’OTAN, à Bruxelles, où Joe Biden devrait réaffirmer l’engagement américain à l’égard de la grande alliance militaire, la sécurité transatlantique et la défense collective. Même agenda chargé le lendemain au sommet États-Unis/Union européenne où, selon l’équipe du président, les dirigeants aborderont, entre autres, le renforcement de la démocratie et la coopération numérique.

Revenons sur terre toutefois : aussi sérieux peuvent apparaître les échanges, il fallait entendre les soupirs de soulagement et voir les sourires complices au G7 après quatre années tumultueuses avec Donald Trump pour comprendre que tout le monde se trouve ces jours-ci sur la même longueur d’onde.

Mercredi, le « fun » commence

Pas plus de lueur d’un désaccord entre les chefs d’État et de gouvernement qu’entre Emmanuel Macron et Joe Biden, marchant vendredi bras dessus bras dessous après la photo officielle des leaders. Une complicité d’autant plus étonnante que les deux hommes ne s’étaient jamais vus en personne auparavant.

Le président Biden, nous répète-t-on à la Maison-Blanche, ne souhaite qu’une relation diplomatique « plus stable et prévisible » avec la Russie. C’aurait été, avouons, plus simple à accomplir si Biden n’avait pas dénoncé Vladimir Poutine comme « un tueur » plus tôt cette année. 

Cela dit, Joe Biden doit éviter deux grandes erreurs. La plus facile, d’abord, celle de Donald Trump qui, écartant les conclusions de ses services de renseignement, avait cru sur parole le chef du Kremlin quand il l’avait assuré de ne pas être intervenu dans l’élection présidentielle américaine de 2016.

Une réinitialisation ratée

À ce jour, Trump s’indigne qu’on ait pu trouver louche, au fil de sa présidence, son flirt avec le président russe. La conférence d’Helsinki de juin 2018 n’aide pas sa cause.

Le président américain doit, par ailleurs, s’abstenir de tenter un « reset » à la Hillary Clinton, alors secrétaire d’État, en mars 2009. La mise en scène – un bouton sur lequel appuyer – avait amusé les Russes, notamment à cause de l’erreur d’orthographe du mot en alphabet cyrillique sur le dessus, mais avait finalement eu peu d’impact. 

La liste de griefs de Washington à l’égard de Moscou est longue – des cyberattaques à l’activité déstabilisatrice russe en Ukraine, en passant par la violation des droits humains et l’ingérence dans les démocraties occidentales – et comme Vladimir Poutine semble insensible aux pressions et sanctions internationales, Joe Biden n’a pas le choix d’être direct. Préparez-vous aux étincelles ! 

Vladimir Poutine  

Photo AFP

68 ans  

  • Président de Russie (depuis 2012; aussi 1999-2008)   
  • Premier ministre de Russie (2008-2012)   
  • Ex-espion du KGB      

Joe Biden  

Photo AFP

78 ans  

  • Président des États-Unis   
  • Vice-président (2009-2017)   
  • Sénateur (1973-2009)       

Premier voyage à l’étranger du président Biden  

10 juin  

  • Rencontre avec le premier ministre britannique Boris Johnson       

11, 12 et 13 juin (Carbis Bay)  

  • Sommet du G7       

13 juin (Château de Windsor)   

  • Rencontre avec la Reine Élisabeth II      

14 juin — (Bruxelles)  

  • Sommet de l’OTAN.   
  • Rencontre avec le président turc Recep Tayyip Erdogan      

15 juin (Bruxelles)  

  • Sommet UE-États-Unis       

16 juin — (Genève)  

  • Rencontre avec le président russe Vladimir Poutine