/investigations/health
Navigation

L’ex-ministre Barrette visé dans une poursuite de 20 M$

Il fait partie des défendeurs dans un litige pour un projet de laboratoire «torpillé»

GEN - CLINIQUE RADIOLOGIX DEVANTURE
Photos Martin Alarie Le groupe RadiologiX a ouvert un laboratoire d’imagerie médicale dans ce bâtiment, près de l’hôpital de Saint-Jérôme, au terme d’un bras de fer avec le groupe formé par un autre radiologiste qui a récemment entamé des procédures judiciaires.

Coup d'oeil sur cet article

Un médecin poursuit pour près de 20 millions $ l’ex-ministre de la Santé Gaétan Barrette, le président de la Fédération des médecins spécialistes du Québec et plusieurs autres personnes qu’il accuse d’avoir « torpillé » son projet de laboratoire d’imagerie médicale à Saint-Jérôme.

• À lire aussi: Des docs touchent 4,6 M$ avec la «prime oxygène»

La requête introductive d’instance déposée récemment par le Dr Jean-François Guité est digne d’un roman. On y trouve des intrigues politiques, judiciaires et médicales qui se sont étendues sur plus de dix ans.

Tout a débuté en 2011 par un projet de laboratoire d’imagerie médicale (LIM) à proximité de l’hôpital de Saint-Jérôme.

Un groupe de radiologistes associés à l’établissement et dirigés par le Dr Guité souhaitaient offrir ce service à la population des Laurentides. Un autre joueur, groupe RadiologiX, s’est ensuite mis de la partie pour obtenir le précieux permis de LIM auprès du ministère.

  • Écoutez la chronique de Jean-Louis Fortin, directeur du Bureau d'enquête de Québecor

Selon la poursuite du Dr Guité, RadiologiX était toutefois en conflit d’intérêts puisqu’il est détenu par des radiologistes dont certains font aussi partie du comité paritaire chargé de recommander l’octroi de permis. 

Le comité paritaire aurait d’ailleurs recommandé à l’ex-ministre de la Santé Gaétan Barrette de choisir RadiologiX.

Intervention de Barrette

En juillet 2017, le ministre rejette cette recommandation et donne un an au Dr Guité et à son groupe pour réaliser leur projet. Or, en cours de route, le ministère de la Santé lui fait savoir qu’il serait préférable que le LIM se trouve à l’intérieur d’un projet de super-clinique qui doit voir le jour en face de l’hôpital.

Ce projet est mené par la firme spécialisée en construction de bâtiments médicaux Medifice, qui a acheté les anciens terrains de la papetière Cascades. 

Après négociations, le Dr Guité s’entend avec Medifice. Quelques mois plus tard, les discussions tournent court et le Dr Guité apprend que Medifice a aussi des discussions avec son concurrent, le groupe RadiologiX.

En janvier 2018, le ministre Barrette annonce qu’il retire le permis de LIM au Dr Guité. Un mois plus tard, un reportage de l’émission Enquête, à Radio-Canada, dévoile que le ministre avait octroyé le permis contre l’avis du comité paritaire.

L’actuel président de la Fédération des médecins spécialistes du Québec, le Dr Vincent Oliva, qui était membre du comité paritaire, avait témoigné à la caméra contre le Dr Guité. 

  • Écoutez la chronique de Félix Séguin au micro de Richard Martineau sur QUB radio:  

Entreprise de sabotage

Dans sa poursuite, ce dernier parle d’une « entreprise clandestine de sabotage » entre le groupe RadiologiX et Medifice pour faire dérailler son projet. Il inclut aussi le ministère dans les efforts pour l’écarter.

« À ce stade, la collusion entre le ministère, Medifice, RadiologiX et l’ARQ [Association des radiologistes du Québec] [...] était devenue patente », peut-on lire dans la poursuite.

En 2020, le groupe RadiologiX a finalement obtenu le permis et ouvert un bureau dans les locaux situés en face de l’hôpital.