/news/currentevents
Navigation

Féminicide à Québec: le suspect officiellement accusé de meurtre au deuxième degré

Coup d'oeil sur cet article

Noureddine Mimouni a été officiellement accusé du meurtre au deuxième degré de Nathalie Piché, une femme de 55 ans tuée très tôt mardi matin dans le quartier Limoilou, à Québec.

• À lire aussi: 13e féminicide: arrêté en décembre, il s'était engagé à ne pas «harceler» la victime

• À lire aussi: 13e féminicide: «On ne pourra jamais tout empêcher», dit la ministre Geneviève Guilbault

M. Mimouni s’était rendu à la police après que la femme eut été retrouvée sans vie et portant des marques de violence dans son logement. 

Noureddine Mimouni
Photo courtoisie
Noureddine Mimouni

Les policiers de Québec ont d’abord été appelés à se rendre au 3325, avenue Duval, près de la rue de la Sapinière-Dorion Ouest, vers 2h du matin, en raison de plaintes liées à de la violence conjugale. 

  • Écoutez l'entrevue du sénateur Pierre-Hugues Boisvenu avec Benoît Dutrizac, sur QUB radio:  

Les autorités ont découvert le corps inanimé d’une femme de 55 ans dans le logement situé au troisième étage de l’immeuble. Selon nos informations, la victime aurait été poignardée. Il s’agit du 13e féminicide commis au Québec depuis le début de l’année. 

La victime Nathalie Piché, 55 ans.
Photo courtoisie
La victime Nathalie Piché, 55 ans.

«Les enquêteurs des crimes graves, des maîtres-chiens et l’identité judiciaire se sont rendus sur place» pour éclaircir les circonstances du drame, explique la porte-parole du Service de police de la Ville de Québec Sandra Dion.            

  • Écoutez l’entrevue de Chantal Arseneault, présidente du Regroupement des maisons pour femmes victimes de violence conjugale   

Photo Stevens Leblanc

Photo Agence QMI, Marc Vallières

Un suspect arrêté

Quelques heures plus tard, vers 4h du matin, le suspect s’est lui-même rendu au poste de police du parc Victoria pour se livrer aux autorités. D’abord considéré comme un témoin important, il a été arrêté pour meurtre.

Transporté à l’hôpital pour choc nerveux, l’homme dans la trentaine a été rencontré par les enquêteurs. Un poste de commandement a par ailleurs été mis sur pied sur les lieux du drame et des témoins ont été interrogés par les policiers.             

Photo Agence QMI, Guy Martel

  

  • Écoutez Valérie Chouinard, journaliste pour TVA Nouvelles, sur QUB radio:    

D’après le propriétaire de l’immeuble, deux autres plaintes pour de violentes chicanes avaient récemment été déposées concernant le couple qui vivait à cet endroit. 

Le corps de la victime a finalement été sorti de l'immeuble et récupéré par le coroner vers 14h.

Photo Agence QMI, Guy Martel

Photo Stevens Leblanc

Beaucoup de questionnements

Dans le voisinage, l’heure était à la consternation mardi matin. Surtout qu'il ne s'agit pas du premier incident du genre à se produire dans le quartier. En mars dernier, un homme s'était donné la mort après avoir agressé physiquement sa conjointe, rue de la Sapinière-Dorion Est. Un an plus tôt, en avril 2020, un homme avait été poignardé dans la même rue.

«Ça me donne des frissons. Je faisais confiance à mon environnement de vie, mais je ne resterai pas ici une minute de plus», laisse entendre Émile Godbout, qui demeure à quelques pas de là depuis plusieurs années. 

Photo Stevens Leblanc

Photo Stevens Leblanc

«Avant d’en arriver là, va chercher de l’aide!» lance M. Godbout, s’adressant aux hommes qui pourraient être tentés de commettre de tels actes. 

Réveillée aux aurores par les gyrophares, la voisine d’en face connaissait le couple impliqué dans cette sordide affaire.  

Photo Stevens Leblanc

Photo Agence QMI, Guy Martel

«Ça me surprend beaucoup, c’est vraiment désolant. On se pose beaucoup de questions quand ça arrive si près de chez soi», soupire-t-elle.             

  • Écoutez La rencontre Dutrizac-Dumont sur QUB radio:   

– Avec la collaboration de l'Agence QMI

Si vous avez besoin d’aide  

Ligne québécoise de prévention du suicide  

  • www.aqps.info  
  • 1 866 APPELLE (277-3553)                                                                                          

SOS violence conjugale  

  • www.sosviolenceconjugale.ca  
  • 1 800 363-9010                                                                                       

À VOIR AUSSI