/sports/racing
Navigation

Le Marathon de Montréal 2021 est annulé

Le Marathon de Montréal 2021 est annulé
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Incapables de garantir une expérience complète aux coureurs, les Événements GPCQM ont pris la décision d’annuler la prochaine édition du Marathon de Montréal, mardi.

• À lire aussi: Le marathon de Québec annulé

Le président-directeur général de l’organisation, Sébastien Arsenault, a expliqué que certains scénarios auraient permis d’organiser le Marathon en dépit des règles sanitaires en place pour contrer la pandémie de COVID-19, en dénaturant toutefois complètement l’expérience.

En effet, l’interdiction de rassemblements aurait forcé les coureurs à s’élancer et à terminer la course sans le soutien de spectateurs, d’amis ou de la famille. Une situation insoutenable selon M. Arsenault.

«C’est l’expérience du participant qui est le plus important pour nous, a-t-il martelé lors d’une entrevue, mardi. Il faut comprendre que d’ouvrir la ville de Montréal pour un marathon qui, par décret, est long de 42,195 kilomètres avec des courses le samedi et le dimanche, ça devient créateur de rassemblements. Est-ce la bonne chose à faire en ce moment?»

«Oui, on aurait pu tenir une course pour quelques coureurs, mais quelque part, c’est 0 sur 10 pour l’expérience. Et nous, là-dedans, ce n’est vraiment pas ça qu’on veut faire. On veut offrir une expérience. La course ne devient pas un prétexte, mais quasiment. On veut que ce soit une fête de l’activité physique. [...] On veut une expérience totale.»

Responsabilité

GPCQM a ainsi pris la décision de faire l’impasse environ 100 jours avant le 24 septembre, journée au cours de laquelle devaient s’amorcer les festivités. Malgré l’amélioration marquée à la situation épidémiologique au Québec, l’incertitude demeure du côté de la Santé publique à propos des gros événements réunissant des milliers de personnes.

Et les organisateurs souhaitent avant tout le bien-être et la sécurité des participants. Il semblait ainsi logique, dans cette optique, de ne pas prendre de risque à un moment où les avancées face à la pandémie semblent encore fragiles.

  • Écoutez l'analyse de Maude Boutet avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio: 

«Il ne faut jamais oublier qu’on a une responsabilité sociale aussi. [...] De tenir le Marathon coûte que coûte, nous ne sommes pas là. Et nos partenaires, que ce soit le gouvernement provincial, la Ville de Montréal, Beneva ou Sports Experts, saluent notre initiative.»

«Oui, il y a eu déception et on est en train de digérer tout ça. Et on se fait confirmer qu’on prend la bonne décision comme citoyen responsable. Juste en service de santé, notre équipe va chercher plus de 200 personnes. Ces gens-là, on les prend où? Ils sont dans le rouge, ils sont brûlés. Il y avait énormément d’implications. [...] Il y a des milliers de bénévoles qui travaillent pour nous. C’est tout un écosystème qu’on mettrait à risque.»

Engagés

La déception est donc bien grande au sein de la famille Arsenault, qui avait obtenu la bénédiction de la Ville de Montréal pour reprendre le contrôle de l’événement mis en place par Serge Arsenault en 1979 et organisé par Bernard Arsenault de 2003 à 2011.

La décision de reprendre le gouvernail avait été longuement réfléchie et a été prise en octobre dernier en pleine conscience du risque d’annulation en raison de la COVID-19 cette année. GPCQM demeure malgré tout pleinement engagé à organiser le Marathon l’année prochaine. Les dates du 23 au 25 septembre 2022 ont d’ailleurs été confirmées.

«C’est très difficile à avaler. Mais je pense surtout aux coureurs et aux coureuses qui, depuis 18 mois, avaient mis un point à l’agenda et qui étaient motivés. C’est un mélange de déception et de frustration. [Mais] le Marathon, c’est l’un des événements-signatures de la ville de Montréal et on juge qu’on ne pouvait pas arriver avec un canard boiteux, encore moins la première année.»

«J’avais fait mes devoirs. Je m’attendais à ce que ce soit difficile les deux premières années. Pour moi, il n’y a pas de surprise. Ça ne change absolument rien. Moi, je suis là pour le long terme.»

-Les participants inscrits à l’édition 2021 ont le choix de recevoir un remboursement complet de leur inscription (incluant les frais de transaction) ou de reporter celle-ci à 2022.

À VOIR AUSSI