/news/transports
Navigation

Le nombre de transferts par ambulance justifie le 3e lien, estime la CAQ

ponts
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

Inquiète des transferts par ambulance sur le pont Pierre-Laporte, la CAQ voit dans les futurs travaux sur cette infrastructure une justification supplémentaire pour le 3e lien. Or, la députée solidaire Catherine Dorion affirme que cet argument est « tiré par les cheveux ».

• À lire aussi: Nos routes en déroute: personnel de la santé sur le qui-vive

• À lire aussi: Travaux sur le pont Pierre-Laporte: la Ville de Québec se met en «situation d’exception potentielle»

Selon des données du ministère de la Santé obtenues par Le Journal, les ambulances effectuent chaque jour environ trois transferts urgents de patients des hôpitaux de la Chaudière-Appalaches vers ceux de la Capitale-Nationale. En moyenne, chaque année, plus de 1000 transferts de catégorie P2 (patient instable) et P5 (transfert rapide) ont lieu de la Rive-Sud vers la Rive-Nord. 

À cause des mégatravaux estivaux sur le pont Laporte, ce chiffre prend toute son importance, selon la CAQ.  

« Plusieurs mesures sont mises en place pour atténuer [l’impact des travaux] et pour permettre des transferts en sécurité, mais clairement, on voit que ça prend une solution pour l’avenir. On ne peut pas revivre une situation comme celle-là éternellement », a avancé la députée de Bellechasse, Stéphanie Lachance, hier. 

D’après elle, « quand on va avoir le 3e lien, on va sécuriser le transfert en ambulance qui se fait actuellement seulement par les deux ponts ».

Ce raisonnement est toutefois qualifié de « très étrange » par l’élue solidaire. Selon Mme Dorion, il est possible d’utiliser les accotements ou de demander une escorte policière pour les déplacements ambulanciers. « On ne peut pas se baser sur une période exceptionnelle de travaux pour dire qu’on a besoin de quelque chose à 10 milliards $ », fait-elle valoir.  

« Très hot », selon Lehouillier

La congestion s’annonce donc infernale durant les travaux prévus du 27 juin au 7 juillet puis du 8 au 18 août. Une seule voie de circulation sera ouverte sur le pont, 24 h sur 24, dans chaque direction. 

« L’heure de pointe va être trois à quatre fois plus importante que ce qu’on connaît dans la région en dehors de la COVID », signale le maire Gilles Lehouillier en disant s’appuyer sur des prédictions de son organisation de la sécurité civile. Sur l’autoroute 20, les engorgements pourraient s’étendre sur 25 km entre la route Lagueux et la route Lallemand, estime la Ville. Sur l’autoroute 73, on parle de 8,7 km de bouchons aux heures de grande affluence. 

D’après le maire, « la situation va être très hot. Ça démontre avec encore plus d’acuité la nécessité d’avoir un autre lien quelque part ».

Avec la collaboration de Dominique Lelièvre

À VOIR AUSSI