/sports/fighting
Navigation

«Ça me brise le cœur» - Kim Clavel

La boxeuse québécoise était au camp de Jean Pascal, à Porto Rico

Boxe Clavel c. Gonzalez
Photo d'archives, AFP Kim Clavel lors de son combat face à Natalie Gonzalez à Las Vegas en juillet 2020.

Coup d'oeil sur cet article

Kim Clavel revient d’un camp d’entraînement de quelques semaines à Porto Rico. Un séjour qui s’est terminé sur une note décevante avec le cas de dopage de Jean Pascal. 

Après sa participation à la télé-réalité de Big Brother Célébrités, Clavel avait besoin de retrouver ses repères au gymnase et dans sa vie personnelle. 

La boxeuse a décidé d’aller rejoindre Pascal et son entraîneur Stéphan Larouche qui étaient en camp d’entraînement en prévision du deuxième combat contre Badou Jack. Tous les Québécois habitaient sous le même toit, mais leurs horaires d’entraînement étaient différents. 

Tout se déroulait rondement jusqu’au 28 mai dernier. 

En soirée, Jack annonce que Pascal a été déclaré positif à deux stéroïdes anabolisants. 

Clavel a appris la nouvelle sur Twitter alors qu’elle écoutait la télévision dans sa chambre. 

« J’ai vu le message de Badou Jack et je me suis rendu compte qu’il était repris partout. J’étais sous le choc comme tout le monde. Je croyais que c’était une joke, a expliqué Clavel. Je capotais et je n’ai pas osé sortir de ma chambre.

« J’étais triste surtout pour Stéphan parce qu’il avait investi tellement de temps dans ce camp d’entraînement. Il était à Porto Rico depuis plusieurs mois. Il était loin de chez eux et de ses proches. »

Ne pas lancer la pierre

Pour ce qui est du cas de Pascal, la pugiliste de 30 ans ne veut pas commenter pour le moment. 

« Je ne veux pas lancer la pierre à personne sans connaître tous les détails de l’histoire. J’ai été à Porto Rico pendant quelques semaines. Si j’avais vu quelque chose d’anormal, je l’aurais signalé à Stephan. 

« Ça m’a aussi fait de la peine pour Jean. Il s’entraîne fort et je sais aussi qu’il avait investi beaucoup d’argent dans son camp. Ça me brise le cœur. Je ne sais pas quoi en penser. Le temps va nous révéler les vraies affaires. »

Il faut préciser que Clavel est encadrée par une équipe solide avec son préparateur physique Frédéric Laberge et sa nutritionniste-diététiste Mélanie Olivier. 

Cette dernière a déjà travaillé avec Lucian Bute et Éric Lucas au cours de sa carrière. 

Tourner la page

Clavel reviendra sur le ring le 20 août prochain dans un gala de GYM présenté au Stade IGA. 

Pour la première fois de sa carrière, elle fera les frais de la finale de la soirée. 

« C’est la chance que j’attends depuis le début de la pandémie alors que je devais être le combat principal d’un gala au Casino de Montréal en mars 2020, a-t-elle souligné. 

« C’est grandiose. J’ai hâte de reboxer devant des spectateurs. Il n’y a rien qui te donne autant d’énergie. Tout le monde va être de bonne humeur. »

Au moment d’écrire ces lignes, le nom de son adversaire n’est pas encore connu. Clavel et son équipe s’attendent à un bon test alors qu’elle devrait se battre dans un combat de championnat du monde avant la fin de l’année. 

« Ce sera un gros test en prévision de l’examen final. J’ai tellement hâte. Je suis affamée. »

Elle a prévu de s’exiler à l’extérieur du Québec pour son camp d’entraînement. Ses entraîneurs ont plusieurs options sur la table selon l’identité de son opposante. Ils parlent de New York, de la Californie ou du Mexique.