/news/currentevents
Navigation

Une sortie scolaire vire au drame

Un enfant de 10 ans s’est noyé devant plusieurs témoins à la base de plein air de Sainte-Foy

Coup d'oeil sur cet article

Une belle sortie scolaire a vite tourné au drame jeudi avec la mort d’un jeune garçon de 10 ans disparu au fond d’un plan d’eau de la base de plein air de Sainte-Foy. 

• À lire aussi: Angoisse et consternation à l’école

Après une autre année difficile perturbée par la COVID-19, le groupe d’enfants a quitté l’école Filteau à vélo pour un trajet d’environ cinq kilomètres.  

  • Écoutez l'entrevue de Raynald Hawkins de la Société de sauvetage avec Mario Dumont sur QUB radio:   

Vers 12 h 30, la fête a toutefois pris fin abruptement avec plusieurs appels au 9-1-1 pour obtenir l’aide des services d’urgence.

Les enfants ont été transportés à bord de quelques véhicules du RTC.
Photo Jean-François Racine
Les enfants ont été transportés à bord de quelques véhicules du RTC.

Un écolier a été repêché très mal en point après des recherches d’une durée indéterminée dans le petit lac Laberge. 

La victime a d’abord été aperçue en détresse, puis les sauveteurs ont perdu sa trace.

« Au début, c’était un peu flou. Quand tu cherches et que tu le vois qui ne bouge pas, c’est paniquant. On ne sait pas s’il savait nager. On pense aux parents », a affirmé un instructeur de kayak présent sur les lieux.

Des élèves quittent la base de plein air de Sainte-Foy.
Photo Jean-François Racine
Des élèves quittent la base de plein air de Sainte-Foy.

Sans veste de flottaison, le jeune aurait sombré dans le lac, ont confirmé les autorités. 

« Ça secoue »

Des citoyens à bord de leur embarcation ont participé aux recherches. On ignore toujours combien de minutes l’enfant a pu passer sous l’eau.

Une fois le corps ramené à la berge, des manœuvres de réanimation ont été entamées. Les ambulanciers sont rapidement arrivés sur place et ont transporté le garçon inconscient à l’hôpital sous escorte policière. 

Photo Jean-François Racine

Malheureusement, malgré les efforts déployés, le décès du jeune garçon a été constaté à l’hôpital en fin d’après-midi. 

« On s’en doutait. Ça secoue », a mentionné l’homme qui a réussi à finalement sortir l’enfant des eaux. Très ébranlé, ce dernier a été peu bavard.

Sans savoir et en l’absence d’un des leurs, les enfants sont retournés à l’école à bord d’un autobus. 

Photo Agence QMI, Guy Martel

Plusieurs personnes ont été rencontrées par les enquêteurs afin d’établir la chronologie des événements bien que le triste accident reste l’hypothèse la plus plausible.

Surveillance

Selon Raynald Hawkins, directeur général de la Société de sauvetage, l’incident soulève plusieurs questions.

Deux enquêteurs spécialisés du SPVQ sont arrivés un peu avant 14h.
Photo Jean-François Racine
Deux enquêteurs spécialisés du SPVQ sont arrivés un peu avant 14h.

« Est-ce qu’il y avait des préposés attitrés à la surveillance ? Comment on a expliqué aux enfants le modus operandi qu’on devrait avoir lors d’une sortie ? » illustre-t-il.

Certains ont aussi souligné qu’il est extrêmement difficile partout au Québec d’avoir accès à des cours de natation depuis 16 mois.

Des policiers du SPVQ ont rencontré des témoins de la noyade du jeune garçon de dix ans, jeudi, à la base de plein air de Sainte-Foy
Photo Agence QMI, Guy Martel
Des policiers du SPVQ ont rencontré des témoins de la noyade du jeune garçon de dix ans, jeudi, à la base de plein air de Sainte-Foy

Plus tard, la plage donnant accès au plan d’eau a été rouverte. 

La corde qui délimite la zone de baignade est installée avec un panneau indiquant une profondeur de 1,6 mètre. 

En évaluant la taille de l’enfant en cause, un témoin a précisé que l’emplacement de la corde ferait possiblement partie de l’enquête.

La Ville de Québec a offert ses condoléances aux proches de l’enfant.

- Avec la collaboration d’Elsa Iskander