/entertainment/music
Navigation

«Je n’ai pas envie de me limiter» -Hubert Lenoir

Hubert Lenoir veut traverser les frontières avec sa musique en français

Hubert Lenoir
Photo courtoisie, Daniel Dugas Hubert Lenoir lance aujourd’hui la chanson Secret, premier extrait d’un nouvel album prévu pour l’automne.

Coup d'oeil sur cet article

Trois ans après son étourdissante entrée en scène dans le show-business québécois sur les ailes de son album Darlène, Hubert Lenoir est de retour avec une nouvelle chanson. Désormais détenteur d’un contrat de disque aux États-Unis et au Royaume-Uni, il affiche des ambitions internationales qui ne lui font pas renier sa langue maternelle.

• À lire aussi: Hubert Lenoir annonce son retour

« J’ai toujours eu cette ambition que ma musique en français traverse les frontières », confie Hubert Lenoir, qui lance aujourd’hui Secret, premier extrait de son prochain album, Musique directe, attendu à une date encore indéterminée, cet automne.

En 2018, le succès de Darlène, et principalement de la chanson Fille de personne II lui avait ouvert les portes de la France. Maintenant, ce sont les marchés anglophones qui sont dans sa mire.

« Je n’ai pas envie de me limiter. Ça ne me dérange pas de travailler avec le plus petit groupe ever, si je trouve intéressant ce qu’ils font, comme je n’aurais pas peur de travailler avec quelqu’un comme Adele. Je ne me qualifierais pas d’inapte à le faire », dit celui qui a signé avec l’étiquette Worst Records (Solange, Moses Sumney).

Musique directe, qu’il décrit comme « un portrait musical de moi-même », a été bâti sur plusieurs milliers d’heures entre Los Angeles, Tokyo, Québec, Laval et Montréal.

La chanson Secret est d’ailleurs le résultat d’un séjour de création chez Mac DeMarco, à Los Angeles, où il a aussi travaillé avec Kirin J. Callinan (qui a déjà collaboré notamment avec Mark Ronson).

« Il y avait quelque chose de complètement surréaliste d’être avec deux idoles de jeunesse et de faire ma musique en français », relate Hubert Lenoir.  

  • Écoutez la chronique culturelle d’Anaïs Guertain-Lacroix à l’émission de Pierre Nantel sur QUB radio: 

Le meilleur et le pire

Imparable ver d’oreille, Secret expose les émotions contradictoires que le chanteur dit avoir vécues quand Darlène l’a propulsé à l’avant-scène, pour le meilleur et pour le pire.

Trois ans plus tard, l’artiste de Québec confie qu’il peine encore à analyser adéquatement ce qui lui est arrivé. Quatre prix à l’ADISQ, une presse unanimement enflammée et des foules en délire ont côtoyé les insultes et les remarques homophobes, en particulier sur les réseaux sociaux.

« Oui, j’ai vécu la frénésie et je ne veux pas parler contre le soutien de tous mes fans, ceux qui ont apprécié Darlène et ceux qui me soutiennent dans l’ombre, mais, en même temps, quand tu provoques une telle polarisation, ça te ramène à des traumatismes que j’ai pu vivre au secondaire, quand tu es rejeté par les autres. »

Le rejet social constitue d’ailleurs le thème principal de Secret. Dans le vidéoclip, Hubert Lenoir apparaît même en mouffette cherchant à se faire aimer d’un sportif de son école, une idée de sa partenaire Noémie D. Leclerc.

« D’une certaine façon, explique-t-il, une mouffette arrive dans le monde remplie de bonne volonté et de bonnes intentions, mais les gens en ont peur et ils ne veulent pas qu’elle s’approche à deux mètres d’eux. » 


♦ Durant la pandémie, Hubert Lenoir a contribué à la création de Maintenant et jamais, la chanson-thème de Star Académie. Il a aussi réalisé l’album de Robert Robert.

À VOIR AUSSI...