/news/routesenderoute
Navigation

Des bouchons monstres durant 22 jours à cause du pont Pierre-Laporte

Des travaux majeurs sur le pont Pierre-Laporte mettront à mal le réseau routier de la région cet été

Quebec
Photo Stevens LeBlanc Durant les travaux estivaux sur le pont Pierre-Laporte, la congestion routière risque d’être bien pire que celle captée jeudi par notre photographe.

Coup d'oeil sur cet article

Cet été, la fermeture partielle du pont Pierre-Laporte causera d’intenses maux de tête aux automobilistes qui essayeront d’entrer ou de sortir de Québec. Durant 22 jours, des dizaines de kilomètres de bouchons sont à prévoir surtout lors des heures de pointe. Accompagné des autorités sanitaires et policières, François Bonnardel, ministre des Transports, a fait jeudi le point sur la situation. 

• À lire aussi: Troisième lien: l’argument des transferts en ambulance loin de convaincre

• À lire aussi: Le nombre de transferts par ambulance justifie le 3e lien, estime la CAQ

• À lire aussi: Travaux sur le pont Pierre-Laporte: la Ville de Québec se met en «situation d’exception potentielle»

Le plan des villes connu aujourd’hui 

Les villes de Québec et de Lévis dévoileront vendredi matin, chacune de son côté, leur plan en vue des travaux sur le pont Pierre-Laporte qui affecteront forcément leur réseau routier municipal. À 10 h, Gilles Lehouillier présentera les mesures mises en place pour assurer la sécurité de la population ainsi que la continuité des services municipaux. Une heure plus tard, Régis Labeaume détaillera les mesures préparatoires de sa municipalité. Plus tôt cette semaine, le maire de Québec a dit se préparer en vue d’une « situation d’exception potentielle ».  

Le détail des travaux 

Les travaux d’asphaltage consistent principalement en le « remplacement complet de la membrane d’étanchéité et de l’enrobé sur le tablier du pont », a fait savoir le MTQ. Sans vouloir s’avancer sur une durée de vie précise, François Bonnardel a prudemment avancé que la nouvelle membrane liquide polymérique sera bonne pendant « 10 à 15 ans ». Le dernier changement de membrane a eu lieu en 2014, soit il y a à peine sept ans. Or, le ministère a constaté que l’asphalte du pont se détachait en galettes, en raison de la pose d’une membrane inadéquate. En avril dernier, M. Bonnardel a reconnu qu’un mauvais choix de membrane a été fait à l’époque et qu’on devait allonger deux millions $ pour remédier à cette situation.   

Le 3e lien demeure nécessaire, dit Québec 

Même s’il assure que les services d’urgence ne subiront pas d’impact durant les mégatravaux, le gouvernement du Québec maintient que le futur tunnel Québec-Lévis contribuera à améliorer la sécurité de tous les usagers. « Le fait qu’on ait deux ponts qui datent de plusieurs décennies [...] S’il y avait fermeture pour des raisons X, Y, Z, la nécessité d’un 3e lien est importante. La sécurité du réseau englobe aussi la vétusté, dans une certaine mesure, de nos principaux ponts », a insisté le ministre Bonnardel. Raisonnement semblable chez la vice-première ministre Geneviève Guilbault qui a affirmé jeudi que l’argument sécuritaire pour justifier le 3e lien « fait partie des arguments, mais ce n’est pas le seul ». D’après elle, « il est faux de penser que, par magie, les services d’urgence peuvent éviter le trafic quand il y a de la congestion. C’est une réalité. Ils sont pris dans le trafic comme tout le monde ».

Plusieurs artères touchées  

La congestion appréhendée

« C’est du costaud. Ce sera compliqué. Y a pas à dire. Ce sont des travaux importants », a convenu d’emblée le ministre Bonnardel. Sur la rive nord, aux pires moments de la journée, on anticipe des bouchons, sur l’autoroute Henri-IV, jusqu’à Chauveau. Sur Duplessis, le trafic pourrait refouler jusqu’à Jules-Verne. « La 40 est jusqu’à Blaise-Pascal, la 40 ouest jusqu’à Henri-Bourassa, la 440 ouest, environ 1 km avant Saint-Sacrement, Laurier jusqu’à Claire-Fontaine et Champlain jusqu’au-dessous du pont », a énuméré le ministre. Sur la rive sud, l’impact se fera également largement sentir. Sur la 20 est, le trafic pourrait refouler jusqu’au km 308, tandis que sur la 20 ouest, le trafic irait jusqu’à 1 km à l’ouest du Chemin des Îles. Les bouchons n’épargneront pas non plus l’autoroute 73 nord, la route 132 et le boulevard Guillaume-Couture. 

Infos et conseils aux automobilistes   

  • Deux blitz de travaux sur le pont Pierre-Laporte : du 27 juin au 7 juillet et du 8 au 18 août 
  • Travaux 24 heures sur 24 
  • Une seule voie par direction sera disponible sur le pont 
  • Les dates des travaux pourraient être modifiées en raison de contraintes opérationnelles ou des conditions météorologiques. 
  • Le MTQ encourage les citoyens à opter pour le télétravail et à restreindre le plus possible les déplacements interrives non essentiels. 
  • Ceux qui peuvent opter pour le transport en commun sont invités à le faire.   

Les véhicules d’urgence emprunteront le pont de Québec 

Durant les travaux, les véhicules d’urgence, comme les ambulances, emprunteront la voie centrale du pont de Québec. « Les ambulances vont circuler sur le pont de Québec (dont) la voie centrale est contrôlée par le centre de gestion de la circulation. En deux à trois minutes maximum, on peut interrompre la circulation sur la voie centrale », a expliqué Odile Béland, directrice générale de la Chaudière-Appalaches au ministère des Transports du Québec (MTQ), jeudi. Des agents de la Sûreté du Québec seront présents dans les deux centres de coordination tant sur la rive nord que sur la rive sud. Au besoin, ils pourront escorter les ambulances. 

Les scénarios qui étaient sur la table 

Le MTQ jure que cette fermeture quasi complète du pont demeure, malgré tout, la meilleure solution. Il fallait absolument minimiser la circulation routière durant plusieurs jours consécutifs pour obtenir une installation et une adhérence optimales, a-t-on réitéré. « Compte tenu de la nature des travaux à effectuer, il est absolument nécessaire que ceux-ci se déroulent en continu et à l’abri de toute circulation, a assuré Mme Béland. La pérennité de la dalle de béton sur le pont Pierre-Laporte repose d’abord sur une application méticuleuse de la membrane d’étanchéité et de la couche d’enrobé bitumineux. Il est essentiel de bien nettoyer et bien assécher le caillebotis avant la pose de la membrane. »Un autre scénario était d’effectuer les travaux durant les fins de semaine et les nuits. Mais il a été écarté, car « on aurait eu des désagréments qui auraient été pires au total pour des résultats de moins bonne qualité », a signalé Odile Béland. M. Bonnardel a convenu que le scénario de travaux en fin de semaine aurait été « moins contraignant pour les automobilistes et les camionneurs », mais que la priorité absolue était de « prolonger la durée de vie de cette [nouvelle] membrane [...] pour ne pas avoir des travaux tous les 7-8 ans ».   

Peu d’impact sur le système de santé 

Aucun retard ne sera engendré par le passage des véhicules d’urgence par le pont de Québec, a-t-on mentionné. Aussi, dans les hôpitaux de la grande région, peu d’impacts devraient être enregistrés quant aux interventions médicales. « On n’a rien reporté. On a adapté nos heures de rendez-vous surtout pour les cliniques ambulatoires, mais on n’a pas annulé de chirurgies », a expliqué Richard Ouellet, du CISSS de la Chaudière-Appalaches. Au CIUSSS de la Capitale-Nationale, Julien Bédard a déclaré « qu’il n’y a pas de report de chirurgies ou d’interventions. C’est certain que les horaires peuvent être modulés, mais il n’y aura pas d’annulations ».