/misc
Navigation

Éric Duhaime met la main sur un important coffre à outils parlementaires

Claire Samson
Photo d'archives Claire Samson

Coup d'oeil sur cet article

Avec l’arrivée de Claire Samson dans ses rangs, Éric Duhaime aura les mêmes privilèges parlementaires que le chef du Parti Québécois, Paul Saint-Pierre-Plamondon.  

Même s’il n’est pas député, le chef conservateur pourra tenir des points de presse avec Mme Samson devant la presse parlementaire à l’Assemblée nationale et il pourra travailler avec sa nouvelle recrue sur des questions, des discours et des projets de loi. 

Ainsi, on comprend toute l’importance de cet ajout pour la jeune formation politique de droite. 

Du jamais vu!

Le geste que Mme Samson a commis est quand même assez inusité. Ne pas donner d’argent à son parti, mais le faire pour un parti adverse.  

 Devant ce geste, les hautes instances de la CAQ ont agi en suivant les règles traditionnelles de la politique : tu expulses un membre de ton équipe lorsqu’il commet un geste de « trahison ». 

M. Duhaime ne pouvait pas passer à côté d’avoir une élue au salon bleu. En politique, les règles sont simples : pour gagner, tu dois additionner. 

Présence au débat des chefs?

 Pour un nouveau chef d’un parti, qui obtenu un peu plus de 1% en 2018, Éric Duhaime doit continuer à additionner pour pouvoir faire élire quelques conservateurs en 2022. 

Une participation au débat des chefs pourrait lui permettre d’additionner les appuis à vitesse grand V. Il n’y a pas de meilleure vitrine pour un chef de parti. 

À chaque élection, le débat entourant qui devrait être invité au débat des chefs fait toujours la manchette. Un parti aide grandement sa cause lorsqu’il a fait élire un député sous sa bannière lors de l’élection précédente. Ce qui n’est pas le cas pour le Parti conservateur du Québec.  

Également, les diffuseurs et les partis doivent aussi s’entendre. Il serait surprenant que les autres formations politiques décident d’inviter M. Duhaime autour de la table. 

Cependant, avec maintenant une élue portant les couleurs conservatrices, M. Duhaime risque d’avoir des arguments pour demander à ceux qui organisent les débats de l’inviter dans la cour des grands.