/finance/business
Navigation

Le resto-pub L’Immédia dans les IGA des Sources

Le resto-pub L’Immédia dans les IGA des Sources
Photo Diane Tremblay

Coup d'oeil sur cet article

Les adeptes de smoked meat du resto-pub L’Immédia peuvent maintenant se procurer leur mets préféré dans les IGA des Sources grâce à un nouveau produit emballé sous vide. 

Le restaurant de Cap-Rouge, qui a fait sa renommée grâce à son smoked meat, dévoile un nouveau produit pour un nouveau marché, en collaboration avec Viandex et la Maison du gibier.  

«Je n’en reviens pas que ce jour arrive enfin. Ça fait plus d’un an qu’on travaille là-dessus. On est très contentes. J’ai bien hâte de voir la réponse des gens. On est pas mal fières», a affirmé Marianne De Angelis, directrice, qui travaille avec sa mère Louise dans l’entreprise familiale.  

L’Immédia soufflera déjà ses 29 bougies en août prochain.  

«C’est notre spécialité le smoked meat, avec le fish and chips et les frites maison. C’est ce qui a fait notre renommée. C’est notre projet de confinement. On n’avait jamais cru ça possible, mais finalement, on a vécu des choses pas mal spéciales ensemble au cours des derniers mois et cela nous a amenés là», a ajouté Mme De Angelis. 

«Le chemin a été un peu plus compliqué qu’on pensait au départ. Le monde de la distribution alimentaire et de la restauration, ce sont deux choses complètement différentes, mais c’est super intéressant et excitant», a dit Marianne De Angelis. 

La boîte L’Immédia renferme une livre de smoked meat emballé sous vide. Appuyé par Alain Gagné, propriétaire des IGA des Sources, Mme De Angelis estime que ce projet arrive à point. L’entreprise familiale a d’ailleurs pour objectif de conquérir éventuellement le marché du Québec. 

«La famille de ma mère est originaire de Montréal et la famille de mon père, de Trois-Rivières. Notre objectif pour le futur serait que nos proches puissent acheter leur smoked meat de L'Immédia directement dans leur ville, un peu partout au Québec. Si cela se produit, ce sera mission accomplie pour nous!» mentionne Marianne De Angelis.  

«On travaille une étape à la fois, mais on pense que notre produit a vraiment le potentiel d’aller loin», a-t-elle poursuivi.