/news/society
Navigation

Noyade d'un garçon de 10 ans à la base de plein air: une collecte de fonds lancée pour soutenir la famille

L’argent pemettra aux proches d’un jeune garçon mort noyé de de vivre leur deuil

Daniel Allo, 10 ans, mort noyé à la base de plein air de Sainte-
Photo courtoisie Le petit Daniel Allo, âgé de 10 ans, a tragiquement perdu la vie jeudi dernier, noyé dans un plan d’eau de la base de plein air de Sainte-Foy, lors d’une sortie scolaire.

Coup d'oeil sur cet article

Une collecte de fonds s’organise pour venir en aide à la famille Allo, dont le petit Daniel, âgé de 10 ans, est mort noyé lors d’une sortie scolaire à la base de plein air de Sainte-Foy, jeudi dernier.

• À lire aussi: Une sortie scolaire vire au drame

• À lire aussi: Noyade à la base de plein air de Sainte-Foy: la famille du garçon décédé veut des réponses

Lancée par l’association Amicale Ivoiro-Canadienne de Québec (AMICQ), l’initiative GoFundMe permettra notamment de venir en aide aux parents, « qui ne pourront travailler pendant un certain temps », précise le président de l’organisation, Youssouf Fofana.

« Monsieur est encore aux études et madame vient d’avoir un emploi depuis un mois environ. L’argent servira à leur venir en aide, pour leurs dépenses quotidiennes, pour qu’ils passent à travers leur deuil », précise M. Fofana.

Originaire de la Côte d’Ivoire, la famille Allo a immigré à Québec en 2019. En fin de journée lundi, près de 5000 $ avaient été amassés.

L’école dans « l’eau chaude »

Par ailleurs, l’avocat Marc Bellemare estime que l’école Filteau est « dans l’eau chaude » et devra répondre à des questions dans cette affaire.

« Tous les critères sont réunis pour que ce soient les plus hauts standards de sécurité, et c’est certain que l’école va devoir répondre de la mise en place de ces standards-là », dit-il.

« L’école remplace les parents, selon le Code civil du Québec. Il y a une obligation dans la jurisprudence de bien informer les enfants de comment ça va se dérouler et une obligation de s’assurer que les enfants sont capables de faire l’activité », poursuit-il.

Les circonstances encore nébuleuses de ce tragique événement sont « inacceptables », affirme l’avocat. 

La semaine dernière, la famille n’a pu préciser si le garçon de 10 ans savait nager. « Nous autres, les parents et les proches, on ne l’a jamais vu nager », a indiqué un ami de la famille, Martial Konan.

Lundi, le Centre de services scolaire des Découvreurs n’a pas souhaité répondre à nos questions sur les tristes événements de jeudi dernier. 

Le coroner mène actuellement une enquête pour tenter de faire la lumière sur le drame.