/news/provincial
Navigation

Ville de Québec: il n’y a plus de logements sociaux disponibles, s’alarme Régis Labeaume

Le maire de Québec, Régis Labeaume
PHOTO DIDIER DEBUSSCHÈRE Le maire de Québec, Régis Labeaume

Coup d'oeil sur cet article

Il n’y a plus de logements sociaux disponibles sur le territoire de la ville de Québec, a révélé Régis Labeaume, en déplorant qu’on soit «en train de frapper le mur».

C’est l’affirmation faite par le maire de Québec lundi après-midi, en point de presse au moment de dresser un portrait complet de l’habitation à Québec lors des cinq premiers mois de 2021. 

«Avec 511 unités du programme AccèsLogis réservées depuis janvier 2021, le nombre d’habitations disponibles pour démarrer de nouveaux projets de logements sociaux et abordables d’ici la fin de l’année est à zéro», a-t-il signalé.

D’après lui, «compte tenu du délai moyen de deux ans entre l’attribution des logements et le début de la construction, si aucune nouvelle unité n’est attribuée, une diminution considérable des mises en chantier en 2023-2024 est à prévoir». 

Invité à préciser les raisons de l’absence de logements sociaux, le maire a mentionné que «dans les budgets gouvernementaux, ils n’en donnent pas (de logements sociaux). Ils n’ont pas décidé d’augmenter les logements sociaux qu’ils permettent aux Villes». 

La Ville dit avoir besoin de 500 logements sociaux par année. Elle réitère son intention de répondre aux besoins de 2000 ménages en attente d’un logement subventionné, et de jeunes familles souhaitant acquérir une première propriété. La municipalité ajoute avoir 900 projets dans ses cartons qui sont prêts à être subventionnés par le gouvernement. 

Au cabinet de la ministre des Affaires municipales, Andrée Laforest, on se dit «bien au fait que les besoins en habitation sont grands» et on jure «travailler d’arrache-pied pour augmenter l’offre de logements dans toutes les régions du Québec, notamment dans celle de la Capitale-Nationale».

On ajoute que «depuis 2018, dans la Ville de Québec, ce sont d’ailleurs 243 logements abordables que nous avons construits, 439 qui sont en cours de construction et 812 logements qui sont en cours de développement à travers différents projets». 

Pas de «crise du logement»

Malgré tout, le maire Labeaume a soutenu qu’on ne peut pas parler de «crise de logement» à Québec. «Les taux d’intérêt à la baisse et les salaires à la hausse ont favorisé une demande marquée sur le marché de l’habitation. Le nombre important de permis délivrés et de mises en chantier depuis le début de l’année démontrent que l’offre suit la demande». 

D’ailleurs, le marché immobilier à Québec est en train d’atteindre des records. Depuis janvier 2021, quelque 2200 unités d’habitation sont en cours de construction, soit près de trois fois plus que la moyenne des cinq années précédentes pour la même période.  

«Malgré les hausses de prix de vente, Québec demeure abordable pour les ménages moyens: au premier trimestre de 2021, les paiements hypothécaires représentaient 20% du revenu médian, soit le pourcentage le plus faible depuis 2004», se félicite la municipalité en rappelant que ce taux est de 60% à Toronto et 80% à Vancouver.  

D’autre part, constatant un ralentissement de la demande pour le programme Accès Famille, la Ville fait passer le montant maximum des habitations neuves admissibles à ce programme de 300 000$ à 330 000$. 

Logement social et abordable    

  • 51 000 ménages de Québec (1 ménage sur 5) dépensent plus de 30% de leur revenu pour se loger.    
  • De ce nombre, 20 850 ménages ont des besoins impérieux en matière de logement.    
  • 2017 ménages sont actuellement admissibles et en attente d’un logement subventionné.       

Source: Ville de Québec

À voir aussi